Pages

samedi 2 juin 2012

2012 - Sarah Ferri - Ferritales - Review / Chronique



Ferritales by Sabrine Carrein on Grooveshark

Je la suis depuis des mois, non des années, d'abord sur MySpace et maintenant sur facebook et son site officiel, je vous écris à propos de l'une des artistes les plus rafraîchissantes et prometteuses de Belgique : Sarah Ferri. Fascinée depuis sa tendre enfance par les figures de proue que sont Ella Fitzgerald, Billie Holiday et Nina Simone, Sarah Ferri a vite développé des affinités avec la musique au coeur de son foyer belgo-italien. Celle qui a assuré les premières parties de quelques artistes tels que Simply Red, Caro Emerald ou encore pour Jools Holland vient de sortie en mars 2012 dans les bacs belges et hollandais son premier opus intitulé Ferritales.  A l'image de sa surréaliste pochette la mettant en scène avec un chapeau fruité donnant l'eau à la bouche, ce premier Lp est bien plus original qu'il n'y paraît. S'il puise dans la musique jazzy et pop des fifties et sixties, il est incontestablement beaucoup plus éclectique et inventif en réussissant à marier avec subtilité les racines latines et les influences jazzy/ pop américaines qui suivent la gantoise depuis toujours. Et si certaines comparaisons faciles seront de mise avec l'hollandaise Caro Emerald ou encore sa compatriote Lady Linn, Sarah Ferri possède cependant une galaxie musicale beaucoup plus aboutie et profonde que la première et plus sombre et féerique que la seconde.


Une bonne chose pour cette jeune artiste qui s'impose sur Ferritales comme une excellente auteure, compositrice et musicienne. Elle n'a eu de l'aide que de quelques musiciens et de Koen Gisen  (l'alter ego d'An Pierlé) à la production pour donner vie à un univers musical imaginatif, imagé, sophistiqué et ravissant. Dotée, d'une voix lyrique dynamique et rayonnante, Sarah Ferri apporte grâce et chaleur à ses petits contes qu'ils soient gorgés de soleil ou ombrageux. L'album débute sur On My Own, une véritable ode au bonheur, pour embrayer rapidement sur du plus "lourd" avec le frissonnant Where You There (petit bémol vis-à-vis de ce morceau qui a la fâcheuse tendance à se montrer trop "vocal" à mon goût). Le planant et rêveur A Place On The Moon ou encore le girlie et chic The Man Who Was Bored apportent légèreté et bonheur aux oreilles mais l'album prend une tournure plus personnelle et complexe avec le hanté Jump ou encore avec le romantique, charmant et nostalgique Dancing In The Supermarket. Le sexy Boombooling et la samba printanière de Spring Air font délicieusement tourner la tête tandis que la fin du disque s'impose comme sensiblement plus sombre aves ses touches d'americana qui parsèment le langoureux et sublimement glauque A Jacket For The Cold, le jouissif et abrasif The Hungy Vilain ou encore l'énergique No One Can See avant de se clôturer sur une ensorcelante ballade This Is A Moment.

Une très belle claque sur Sarah Ferri nous assène avec son premier Lp. Sans conteste l'une des découvertes belges indispensables de 2012. Un petit must.
Note Finale : 17/20

Site Officiel, Facebook

Où Trouver ce Bijou ?

Free Record Shop, Bol.com, Amazon.fr

Deezer, Spotify

Ferritales - Sarah Ferri







1 commentaires:

Anonyme a dit…

Thanks.

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails