Pages

jeudi 10 mars 2011

2010 (Rééd. 2011) - Nina Kinert - Red Leader Dream - Review / Chronique - Une artiste qui se renouvelle dans l'extase




Dans une interview accordée sur Stars Are Underground, Nina Kinert avoue partager sa discographie en deux périodes : celle qui répertorie ses albums intimistes à orientation folk/country avec Heartbreaktown (2004) et Let There Be Love (2006) et celle qui est davantage représentative de sa vraie personnalité : Pets and Friends (2008) et son dernier album en date Red Leader Dream sorti fin 2010 dans les pays scandinaves et début 2011 en Belgique et France. Depuis maintenant un peu plus de quatre ans, je voue un petit culte pas très secret pour cette beauté suédoise absolument irrésistible. Alors qu'elle se montrait toujours toujours partagée entre ses compositions folk intimistes et dépouillées et un renouveau musical vers des horizons pop plus addictifs et dévastateurs (Combat Lover en est le meilleur exemple) sur son précédent opus l'excellentissime Pets and Friends, Nina Kinert va désormais plus loin dans sa logique d'approche de la pop avec Red Leader Dream.

Toujours en quête de nouveaux terrains musicaux, l'artiste suédoise a décidé, poussée par son admiration concernant la science fiction, et en particulier pour la sage Star Wars, de développer un album concept centré sur un dream pop opéra à elle seule nonobstant l'aide de Christoffer Berg (The Knife, etc) au mixage et de quelques featuring de luxe (Linnea Olsson de Paintbox ou encore Ellekari Sander du duo The Tiny). Red Leader Dream est un album surprenant à plus d'un titre. Pour prendre en comparaison, en faisant le grand écart, des influences qui ont été avancées pour relier cet album à ce qui se fait (ou plus exactement ce qui s'est fait) sur la scène musicale,  Red Leader Dream ne ressemble ni à du new age commercial façon Enya, ni à la dream pop légendaire de Cocteau Twins pour lesquels Nina Kinert voue une certaine admiration, non, à rien de tout cela. C'est étonnamment original, attachant, solaire, un peu kitsh dans les sonorités syntéhtiques qui y sont développées mais surtout il s'avère rafraîchissant.

Moonwalker ouvre l'album sur une plage incantatoire et futuriste, l'atmosphère est particulièrement soignée, c'est élégant et beau à souhaits. Une début éclatant. Play The World est la plage par laquelle Nina Kinert nous a introduit à son nouveau monde musical il y a maintenant à peu près de 6 à 8 mois. Depuis Pets and Friends, Nina Kinert aime surprendre par le biais d'un morceau très accrocheur pour accéder plus aisément à son univers au demeurant plus expérimental et particulier et le morceau Play The World ne déroge pas à cette nouvelle règle. C'est tout simplement jouissif et vertigineux. Une merveille 100% pop synthétique. Auréolée d'une force tranquille, Nina Kinert étourdit l'auditeur sur l'hypnotique Down On Heaven avant de s'aventurer dans des contrées plus sombres et sensuelles sur l'envoûtant et langoureux Tiger You

Push It et My Girl embrayent sur des notes plus exotiques, voluptueuses et surtout lumineuses desquelles émanent une réelle énergie positive. Un sans faute. La fluidité mélodique de Wings séduit instantanément l'oreille transportée dans un univers théâtral aux contours mystérieux tandis que 4-Ever s'incrit davantage dans une veine sucrée fort agréable mais pas nécessairement mémorable. L'instrumental étant de belle qualité reste cependant desservi par un refrain pas assez travaillé. La fin de l'album est axée sur l'intimisme et l'émotionnel permettant à l'auditeur de se reconnecter cérébralement à l'artiste. Original Sin est une somptueuse ballade aérienne d'une fort belle amplitude : un début en toute simplicité pour une évolution en crescendo admirable avec cordes et choeurs à l'appui ainsi que la douceur et la nonchalance de 25 qui procurent l'impression de flotter entre deux mondes un peu à l'image de l'album : surréaliste.

Red Leader Dream est un album pop pas comme les autres : original et captivant, il est presque parfait (juste un petit bémol concernant 4-ever). Il s'inscrit comme audacieux et futuriste (tout en puisant dans l'univers des synthétiseurs des 80's) dans le but de façonner une pop musique indépendante, abordable et passionnante. A découvrir absolument. 

Note Finale : 17/20

Site Officiel

Blog de Nina

MySpace

Facebook

Où Trouver ce Bijou ?

Amazon.fr, Fnac.fr, Cdon.eu

Red Leader Dream - Nina Kinert





2 commentaires:

Fritz a dit…

Je n'avais jamais accroché sur Nina car je trouvais qu'elle n'apportait rien de renversant à un style musical bien connu; surtout que son timbre de voix n'est pas particulièrement distinctif, contrairement à ses consœurs scandinaves. Elle a selon moi trouvé sa voix avec cet album. Au point où je pense que çà vaudrait la peine d'aller réécouter ses premiers albums...

Quentin a dit…

Après son exellent Pets And Friends, je suis bien content qu'elle continue dans cette voie la. Je suis pas vraiment fan des deux premiers albums, mais la elle propose quelque chose d'assez accessible, de recherché, de personnel. Bref j'adore. Pourvu qu'elle passe par le Sud de la France :)

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails