Pages

jeudi 5 janvier 2012

2011 - Charles Bradley - No Time For Dreaming - Chronique / Review




No Time For Dreaming by Sabrine Carrein on Grooveshark

Le début 2012 me permet de regarder le rétroviseur et de constater qu'il reste existe bien un centaine d'opus que je voudrais chroniquer, vous faire partager. Il me permet aussi de voir que les hommes n'ont pas une digne place sur WMIMM et que dire de la soul music ? Presque inexistante alors qu'une petite dizaine d'opus du genre me semble incontournable pour 2011. En tête de liste, le premier opus d'un vétéran : Charles Bradley. Ce type âgé de 62 ans a sorti le meilleur album de soul de 2011. Pas moins. Un petit chef d'oeuvre vintage qui sonne (preque) plus authentique que les classiques des sixties et seventies. Accompagné du Menahan Street Band (collaboration de plusieurs musiciens issus des formations des Dap Kings, d’Antibalas, d’El Michels Affair et du Budos Band), ce grand monsieur synthétise à lui seul beaucoup d'artistes masculins qui existent ou plutôt ont existé : on pense à l'énergie et au sens du groove légendaires de James Brown, à la sensibilité d'Otis Redding, à l'intensité de Sam Cooke et à l'engagement politique de Curtis Mayfield, bref, il est extraordinaire. Une pépite d'artiste comme on en trouve finalement très peu. Encore plus quand il s'agit de soul.

Ce premier opus No Time For Dreaming a tourné en boucle dans ma tête pendant les premiers mois de 2011. Je ne pouvais presque croire en une telle beauté et authenticité. Ce type, qui trimballe derrière lui un destin tourmenté, difficile, donne tout ce qu'il possède sur cet opus, il est doté d'une puissance vocale et d'une présence magnétique impressionnantes. Peut-être encore davantage que ses collègues Lee Fields ou Sharon Jones. C'est dire le respect et la considération que je lui porte. No Time For Dreaming est un chef d'oeuvre brûlant, sensuel, étincelant jusqu'au bout de ses cuivres qui font vibrer de plaisir les oreilles. The World (Is Going Up In Flames ) est le morceau par lequel tout a commencé, celui de la reconnaissance, un mélange subtil et explosif de soul et de blues. Une claque. Le langoureux The Telephone Song nous projette dans une sorte de transe douce amère tandis que que le superbe funk de Golden Rule a le don de donner une pêche d'enfer malgré ses paroles qui font le constat d'une société de plus en plus froide...

Première love song d'enfer avec le mirifique I Believe In Your Love. Belle, poignante, le genre de ballade soul absolument magique. Quand on parle de magie, elle se prolonge avec le sexy Lovin' You Baby qui irradie les tympans et fait fondre le coeur. Déjà des classiques. Si l'excellent titre éponyme No Time For Dreaming synthétise en quelque sorte la pensée philosophique de cette oeuvre et du parcours de l'artiste en expliquant que ce n'est plus le temps de rêver mais d'agir, le titre déchirant How Long lui  reflète son pendant politique. Ce petit chef d'oeuvre qui oscille entre espoir et désespoir est le morceau le plus bouleversant et le plus puissant. Juste incroyable. Une historie d'amour non réciproque In You (I Found Love) dans une ambiance crépusculaire pour mieux nous séduire avant de retourner aux affaires sérieuses sur Why Is It So Hard dans lequel l'artiste explique toutes les difficultés auxquelles il a été confronté durant sa vie et qui estime que les choses devraient changer. Un constat réaliste qui bouscule les idées reçues du rêve doré de self made man américain. L'instrumental Since Our Last Goodbye bien que dépourvu des vocalises de Charles Bradley est l'une des pièces majeures de l'opus qui démontre le talent extraordinaire des musiciens. Heartaches and Pain clôture en fanfare sur une énergie et émotion détonnantes, un magnifique hommage évoquant la mort de son frère.

Chef d'oeuvre de la soul made in 2011. 2012 aura t'il la possibilité d'en voir naître un autre d'un tel acabit en 2012 ? C'est tout le mal que je nous souhaite mais j'en doute sérieusement, affaire à suivre...

Note Finale : 20/20



Où Trouver ce Bijou ?

No Time for Dreaming - Charles Bradley & Menahan Street Band







1 commentaires:

Dan plop a dit…

Heya :).

Alors je ne connais pas du tout la Soul mais je dois dire que c'est une bien belle découverte que celle ci.
Je pense qu'elle va m'accompagner sur le trajet vers le boulot ct'aprem.

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails