Pages

lundi 7 juillet 2008

2008 - Barry Adamson - Back To The Cat - Reviews - Chronique d'un félin diablement sexy



Back To The Cat by Sabrine Carrein on Grooveshark

Barry Adamson est, du côté des voix masculines, l'une de mes plus belles trouvailles de cette année 2008, je vous avais déjà dit un mot sur lui ici : depuis je me suis procurée en bonne et due forme son dernier opus Back To The Cat et l'un de ses anciens opus The King Of Nothing Hill rien que pour le brûlant (le reste de l'album plus sombre et expérimental est fabuleux) :

Black Amour (à mi-chemin entre Isaac Hayes et Marvin Gaye) :


Difficile de retracer son parcours : il fait de la musique depuis plus de 30 ans : il a été le bassiste des Seeds le groupe de Nick Cave et du groupe Magazine. A la fin des années 80, il a décidé d'entamer une carrière solo en sortant un premier opus en 1989 : Moss Side Story et 8 albums plus tard (avec des collaborations sur les bandes originales des films d'Oliver Stone et de David Lynch) il est toujours là, plus félin et séduisant que jamais. Sa musique sombre et théâtrale semble ne posséder aucunes limites dans l'expérimentation des genres : trip hop, pop, Jazz façon Big Band, psychédélisme, musiques de films, soul, funk, punk, dub, lounge, etc.

The Beaten Side Of Town
nous fait entrer dans le monde ténébreux de ce crooner : I woke up this morning with a crazy dream that the Earth was a burning ball of fire, de suite nous sommes propulsés au coeur d'un monde apocalyptique, les arrangements musicaux façon pop orchéstrale nourrissent parfaitement la vision de Barry Adamson, une parfaite introduction. Straight 'Til Sunrise possède un tempo et un côté rétro sixties (influence notable du légendaire Burt Bacharach) psychédélique irrésistibles, Barry Adamson se fait léger et ludique nous donnant envie de claquer les doigts, une merveille, une des meilleures songs de cet opus. Sur Spend A Little Time, Barry se lâche au niveau interprétation très rock'n'roll sur du Jazz Big Band avec des notes psychédéliques. Un morceau séducteur, entrainant, super bien foutu.

Shadow Of The Death Hotel
est l'un des deux instrumentaux de cet opus et au niveau du résultat : quelle qualité ! On se sent entraîné dans l'atmosphère d'une musique de films (pourquoi pas un James Bond ?) : vivante, sombre et riche en tessitures. Avec I Could Love You, Barry Adamson nous fait entrevoir son côté félin et sensuel : une chanson soulful qu' Otis Redding aurait pu chanter (excepté que les paroles ne reflètent en rien rien une love song...), une perle, un hightlight de l'album assurément. Walk On Fire est certainement la chanson qui "sonne" la plus moderne du lot : elle mêle pop psychédélique, trip hop et jazz avec une réussite détonnante. Flight est le deuxième morceau instrumental, plus expérimental que le premier : une ambiance trip hop, quelques percussions et un saxophone, en un mot : superbe.

Civilization
est une autre chanson qui se rapproche d'une fusion entre la pop et le funk : un morceau électrique avec des paroles qui ne le sont pas moins : It’s easy and it’s obvious, what’s yours just isn’t mine... peut être pas la meilleure piste mais pas de quoi défigurer l'album. People est une ballade particulièrement sombre qui me rappelle un peu l'univers de Gavin Friday : des arrangements doucereux, tendres, une atmosphère angélique assaisonnés de paroles acides concernant la nature humaine : They whisper that they love you, then they detonate a bomb. J'avoue apprécier particulièrement cette song pour son côté décalé. Un bijou. Psycho_Sexual termine l'album de la même façon que The Beaten Side Of Town l'a ouvert : une atmosphère crépusculaire, psychédélique, épique, apocalyptique et smoky. Ce morceau est doté d'un sex appeal capable de faire fondre un glacier, si, si la voix de Barry n'a jamais été aussi sexy et les arrangements... oh et le saxo, je n'en dirai pas plus ! Un morceau sexy en diable.

La conclusion est simple : j'ai adoré écouter cet album excellent de bout à bout, je suis très etonnée que ce compositeur ne soit pas davantage reconnu en Europe continentale car en Angleterre et aux Etats-Unis sa notoriété est bien établie depuis un bout de temps (influence majeure auprès du trip hop de Bristol). Sur cet album qui fait la part belle à son côté félin et crooner, Barry Adamson mixe tous les genres musicaux qu'il affectionne : musiques de films, trip hop, jazz, pop, soul, funk et ce qu'il ressort peut se rapprocher du sensationnel car cela peut toucher un public assez large (contrairement à certains de ses précédents opus clairement plus instrumentaux et/ou expérimentaux) tout en gardant la qualité au plus haut niveau. Ce compositeur original et talentueux vaut le détour, une fois entrer dans son univers tortueux et luxuriant difficile de résister au félin.
Note Finale : 18/20





Psycho_Sexual
(Live) :

Walk On By
(Live) :

4 commentaires:

Raph a dit…

....bonjour , si tu continues , tu seras interdite de blind test ... tu es vraiment trop forte ... bravo à toi.. :-) @ bientôt et merci à toi..

Nagagate a dit…

Bizz musicale en passant...

charlie a dit…

saab tu post trop vite ; j'ai plus le temps de tout écouter ! meme à 4h00 du mat !
SInon sympa le système de notation ca me permet de sélectionner un peu !

dubleudansmesnuages a dit…

ah c'est drôle ... il est dans ma semaine en chansons ... c'est chouette son système de notation. Tu as ça pour les blogs aussi? ...

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails