Pages

lundi 28 juillet 2008

2008 - Aimee Mann - Simlers - Reviews - Chronique du pop/folk lumineux et enchanteur d'Aimee Mann





Ahhh d' Aimee Mann, je vous avais conté mon amour pour elle déjà ici. Son album Smilers a été leaké plus d'un mois à l'avance de sa version physique et je remarque avec le temps que cela lui a fait du mal : tout le monde ne s'est pas comporté comme moi qui doit suivre le téléchargement illégal : l'achat. De plus, très peu de médiatisation a été faite à propos de cet album sorti malencontreusement un peu avant les vacances et n'en rajoutez plus, cet album est déjà oublié... c'est bien malheureux car si Aimee ne révolutionne pas son style sur cette galette, elle nous offre un opus plus lumineux et encore plus sophistiqué que ses anciennes oeuvres pour le plaisir de l'oreille. Fini la guitare électrique (pas une seule note ne sera déversée ici) au profit de la guitare sèche, d'autres instruments Live et surtout d'arrangements au synthé sensés nous faire davantage songer aux Cars qu'aux Beatles. L'achat de l'album n'a fait que conforter la bonne opinion que je m'étais construite après l'écoute du téléchargement : il s'agit d'un excellent cru.

Freeway est la première chanson de l'opus : accrocheuse, entrainante, une pop song qui s'éloigne de par ses arrangements synthé du folk mais qui ne nous fait pas oublier que c'est une pop song mélodiquement intelligente. Stranger Into Starman est une très belles ballade très courte en forme d'interlude : un piano, des arrangements atmosphériques et la belle voix d'Aimme émouvante. Looking For Nothing nous ramène Aimee à ses premières amours le pop folk avec une petite touche country bienvenue qui apporte une touche d'évasion. Parfaite. Phoenix est la chanson qui a fil des écoutes a grandi en moi, désormais c'est l'une de mes préférées de l'opus : I don't want to abandon you but baby I've had my fill/you love me like a dollar bill/you roll me up and trade me in/and if you have the chance you will/and if you get the chance again. De nouveau je me retrouve face à une mélodie sublime, à des paroles intelligentes, à des arrangements musicaux superbes. Une perle.

Borrowing Time, dans la veine de Looking For Nothing, est une chanson qui invite à la relaxation, à l'apaisement. Une charmante pièce. It's Over enchante de par les jolis arrangements de corde et surtout grâce au chant émouvant de la belle, la magie opère plus que jamais. 31 Today : au départ j'avais un peu raté ma rencontre avec cette song mais avec les écoutes, je me suis rendue compte que c'est non seulement l'une des chansons les plus agréables à l'écoute mais que c'est également l'une des réussies de cet album avec à la clef une belle mélodie imparable : thought my life would be different somehow/I thought my life would be better by now/But it's not, and I don't know where to turn. Great Beyond, par contre, m'a de suite accroché mon oreille et j'en suis fanatique, je ne me lasse pas de cette chanson qui m'expédie dans les contrées désertiques des Etats-Unis : Go, honey go/Cause it's a dead end street/And it's a street in a town/Where winning isn't sweet/And every win/Is the beginning of defeat. Une autre perle.

Medecine Wheel qui traite de la dépendance se situe dans le répertoire plus classique d'Aimee que l'on retrouve toujours avec plaisir et qui ne tombe jamais dans la facilité malgré des arrangements ici un peu pompeux. Colombus Avenue plus dépouillée vient apporter une charmante bouffée d'oxygène. Little Tornado est autre chanson pour laquelle j'ai une affection particulière, elle me fait songer à une lullaby ou à une comptine. Un vrai bijou parcouru de très jolis arrangements et par la douce et chaude voix d'Aimee. Un vrai bonheur à savourer. True Believer, cette chanson écrite avec le musicien et ami de longue date Grant Lee Phillips, est indiscutablement un highlight de l'album : une magie particulière règne sur ce magnifique morceau à écouter absolument. Ballantines avec en guest Sean Hayes, est la morceau qui a le plus divisé la critique : pour les uns la meilleure piste et pour les autres une chanson maladroite et enfin selon moi une charmant duo qui met de bonne humeur. Une conclusion qui n'aurait pu être plus charmante.

Cet opus est un (quasi) sans fautes pour Aimee Mann qui réussit toujours à chaque nouvelle fournée à nous enchanter, à nous subjuguer. Son écriture intelligente qu'elle soit tendre ou cynique touche droit au coeur et sa voix de sirène fait chavirer mon coeur comme si c'était un éternel recommencement : ses interprétations sont toujours élégantes et pleines de nuances. Si l'on perd la guitare électrique, on gagne dans la variété des arrangements sur la plupart des chansons. Je ne saurai que trop vous recommander cet opus qui est très certainement l'un des meilleurs de cette grande dame de la musique. A savourer en voiture, au soleil, en vacances, qu'importe sa pop music vous réchauffera le coeur et vous fera sentir plus humain.

Note Finale : 17,5/20





4 commentaires:

Thierry a dit…

Bonjour Saab, tout comme toi (contrairement au disque de Laura Marling), je n'ai aucune retenue pour cette petite pépite d'Aimee Mann qui, je dois l'avouer, m'avait quelque peu manquée ces dernières années !
@++

Aurélie a dit…

je ne l'ai pas oubliée, son cd est toujours sur ma liste des disques à acheter dès que j'aurais un travail et je te remercierais jamais assez de me l'avoir fait découvrir

saab a dit…

@ Thierry :
Oh je suis contente d'avoir trouvé un autre admiteur de la belle demoiselle !

@ Aurélie :
en fait je ne juge personne et tu n'es pas du tout visée, il faut il est vrai avoir des moyens pour se payer de la musique et avec le crise actuelle cela est plus que d'actualité, mais il existe des personnes qui ont les moyens qui téléchargent et qui n'achètent pas par la suite, c'est eux qui m'énervent absolument personne d'autre !

;-)

Jess a dit…

Un petit lien chez notre ami commun et me voilà ici... où je vais poursuivre la découverte de cette Aimee qui me plait beaucoup!
Bise à toi.

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails