Pages

mercredi 20 août 2008

2007 / 2008 - Shearwater - Palo Santo (Réédition) / Rook - Un oiseau lyrique et poétique qui vole TRES haut






Mais que m'arrive-t-il ? Depuis quand j'écoute de la musique labelisée rock indépendant ? Les blogs et sites spécialisés en rock indie en parlent depuis plusieurs semaines, ils n'ont plus que ce nom en bouche : Shearwater. Mais c'est quoi ce groupe ? Je n'écoute même pas pour essayer, m'imaginant à l'avance que cela ne me plaira pas du tout, que je suis une cause perdue en ce qui concerne le rock indie et en passant devant un rayonnage musical dans une grande enseigne, je prends même le malin plaisir à déclamer à ce cd que jamais je ne l'achèterais, qu'une telle unanimité à l'encontre de ce groupe ne pouvait être que galvaudée !

Et puis il y a quelques semaines je me pose la question Shearwater + Myspace, qu'est-ce que cela peut donner ? Le tonnerre ? En quelque sorte, des larmes de joie lors de la découverte d'une musique si particulière, si belle, si émouvante, si lyrique, tant de -si- se bousculent et ne peuvent décrire l'état d'esprit après l'écoute répétée de leurs deux derniers opus. Shearwater est un groupe issu de la l'imagination de Jonathan Meiburg et Will Sheff, deux membres du groupe Okkervil River (groupe d'indie rock adulé par la critique et par les connaisseurs). En vérité, il s'agit davantage du projet de Jonathan Meiburg, ornithologue de formation, qui a donné à ce groupe le nom d'un oiseau nocturne.

En moins de 7 ans, ce "projet" a bénéficié de la sortie de pas moins de 5 albums : The Dissolving Room (2001), Everybody Makes Mistakes (2002), Winged Life (2004 ), Palo Santo (2006 ) et Rook (2008). A partir de Winged Life, ils se sont imposés comme un groupe d'indie majeur, incontournable capable de concurrencer, d'un point de vue qualitatif, Okkervil River. D'ailleurs à partir de Palo Santo, Jonathan Meiburg sera le seul aux commandes au chant (une voix de falsetto extraordinaire faisant référence à Mark Hollis de Talk Talk et au côté crooner et dandy-esque de Chris Isaak) et à l'écriture, Will Shelf apparaissant au titre de multi-instrumentaliste. Le divorce s'amorce en douceur. Afin de vous faire découvrir ou re-découvrir ce groupe, j'ai décidé dé chroniquer succinctement la réédition de Palo Santo (dès que le groupe a signé avec le label Matador, il a pu donner la stature qu'il a rêvé à cet album qui a connu des problèmes de mastering) et le petit dernier Rook qui est déjà destiné à se trouver sur bon nombre de Best Of 2008 musicaux.

Cette version de Palo Santo a été retravaillée sur 5 de ses compositions et le reste a bénéficié d'une nouvelle masterisation, ce qui est appréciable. La Dame Et la Licorne, premier titre retravaillé débute avec les doux murmures de Jonathan pour poursuivre dans une nouvelle énergie plus rock, une montée en puissance qui concorde avec la puissance vocale de Jonathan qui donne des frissons. Somptueuse entrée en matière. Red Sea Black Sea poursuit l'ascension du disque sur une note plus électrique et lumineuse, le son rustique, americana est magnifique et Jonathan se déchaîne vocalement parlant, la stature du rockeur semble être taillée pour lui. White Waves est caractérisé par un son qui hésite entre le blues et le rock alternatif, la ligne de basse est inoubliable, superbe. Le folk mélancolique pointe le bout de son nez avec le titre Palo Santo et écouter une telle merveille est comme un rêve qui se réalise, c'est si beau que l'on remercie le groupe d'avoir réalisé ce morceau tout simplement. A écouter dans l'intimité absolument. Un chef d'oeuvre.

Le morceau Seventy-Four, Seventy-Five est l'un des plus accessibles de l'opus, ce rock americana se donne des airs grandiloquents, électrique il est captivant. Le minimalisme et le chant magnifique de Jonathan de Nobody émeut tandis que Sing, Little Birdie coupe le souffle de par sa douce mélancolie. Cette folk/blues music touche au divin, des territoires d'une beauté aveuglante, un chef d'oeuvre. Johnny Viola, morceau lyrique, est un vrai bijou agrémenté d'arrangements d'une beauté renversante. Failed Queen propose un folk americana d'une douceur à faire vaciller les coeurs les plus endurcis. Une pépite en platine. Hail, Mary quant à elle possède un son de rock alternatif plus sale avec des contours moins définis, une petite touche de psychédélisme s'invite pour donner naissance à un morceau plus débridé mais toujours excellent. Going Is Song vient clôturer dans une douceur ouateuse délicieuse avec un son bluesy merveilleux.

La deuxième galette propose des plages inédites : My Only Boy et son folk à la fois rustique et sophistiqué est superbe, Every Hook, Every Eye propose un interlude au son saturé avant d'attérrir sur, selon moi, la vraie pépite de la galette Special Rider Blues : un son folk/blues renversant et des versions alternatives de morceaux phares du premier disque qu'il est toujours intéressant de découvrir. Un accessoire indispensable par conséquent.

Difficile il a été pour moi de ne pas être très impressionnée par ce groupe, par la voix de Jonathan qui résonne encore longtemps après l'arrêt de toute musique, elle monte dans les aigus d'une façon extraordinaire et arrive à émouvoir au moindre tremblement de son falsetto. Au final, je me retrouve devant un opus travaillé remarquablement, intelligemment. Le son atmosphérique et sublime ne devrait souffrir d'aucun problème pour traverser le temps tant il semble intemporel et maîtrisé sans tomber à aucun moment dans la mièvrerie, le maniérisme ou la grandiloquence mal placée. Grandiose à écouter absolument comme un must. Le meilleur album de 2006/2007 ? Peut-être bien.

Note Finale : 20/20








Rook sorti en juin 2008 vient parachever le divorce avec Will Shelf de Okkervil, désormais c'est Jonathan qui est le seul chef aux commandes et plus que satisfait des sessions supplémentaires pour la réédition de Palo Santo, il partage la production avec Matthew Banhart. Pour la première fois, le groupe pourra bénéficier du son et d'une liberté artistique qu'il a toujours rêvé d'obtenir. Le résultat est dans la lignée de Palo Santo, un chef d'oeuvre à consommer immodérément.

On The Death Of The Waters débute dans une atmosphère mélancolique et nuageuse avant une envolée musicale rock, guitare et piano à l'appui, de la même façon que La Dame et La Licorne a ouvert de façon magistrale Palo Santo, On The Death Of The Waters réitère l'exploit. Rooks est le morceau le plus accessible et accrocheur de l'album, sa beauté mélancolique, poétique et mélodique devrait faire la plus grande joie des mélomanes en proie à l'écoute de sublimes musiques. Un petit chef d'oeuvre musical survolé par la voix pure de Jonathan qui monte dans les aigus de façon exquise sur ce morceau. Leviathan Bound est une plage au lyrisme flamboyant qui atteint de jolis sommets grâce à ses arrangements de corde. Dans la même veine Home Life impressionne l'auditrice que je suis, un son folk dense et troublant, des cordes magnifiques, un morceau épique et grandiose.

Lost Boys retrouve le son folk intimiste et mélancolique de Palo Santo avec de belles envolées lyriques devenues une marque de fabrique de ce groupe. Magnifique. Century Eyes, quant à lui propose un son plus nerveux, le rock entre dans la place pour un morceau rageur, engagé et punchy. Shearwater n'est pas qu'un groupe capable de produire de belles chansons mélancoliques et le démontre une fois de plus avec un bel aplomb. Au contraire It Was A Cloud nous replonge dans une ballade mélancolique qui me fait songer au chant de Antony, un morceau d'une beauté bouleversante qui touche droit au coeur. South Col et son carillon s'impose en interlude à l'une des plus belles pièces de l'album The Snow Leopard. Véritable pépite ou chef d'oeuvre, elle impose un lyrisme scintillant et le chant magnifiquement déployé et tout en nuances de Jonathan. A écouter de toute urgence. The Hunter's Star nous fait atterrir en douceur. La tête encore dans les nuages, le groupe nous offre ce qui n'est pas à l'accoutumée une magnifique ballade lumineuse et tendre. Sublime, Radiohead en rêve encore...

La note maximale pour un groupe qui donne le meilleur de lui-même sans jamais sombrer dans la facilité. 35 minutes de plaisir absolu qui touche droit au but. Des arrangements somptueux et finement ciselés sans tomber dans l'excès, un dosage savant gage de qualité et d'intelligence. Une fois de plus, Jonathan Meiburg enchante, hypnotise l'auditeur avec sa voix plus cristalline et parfaite que jamais. La perfection existe et d'appelle désormais Shearwater. S'il ne se trouve pas dans le top 10 musical de 2008 c'est que vous avez trop de cire dans les oreilles... Absolument incontournable, attention petit chef d'oeuvre.

Note Finale : 19/20


Rooks (Live) :

6 commentaires:

Michael a dit…

Merci pour la découverte ! Je connaissais de nom mais n'avait jamais fait la démarche d'aller un peu écouter !

Erwan a dit…

100/100? T'exagères...
'Rook' mérite au moins 120/100! ;-)

V. a dit…

Merci pour ton commentaire sur mon blog, c'est marrant on vient toutes les deux de Liège en plus! :)

Noisy guitar a dit…

J'adore Okkervil river, groupe que je suis depuis des années (2001 si je me souviens bien) et découvert par hasard avec le titre "Miss Liberty".
Leur dernier album sorti tout récemment est tout simplement.....subliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiime.

Raph a dit…

... j'adore lire tes article .... merci à toi pour tes nombreux passages.. et tes commentaires..

Quentin a dit…

Quand je pense que j'avais failli passer à côté à l'époque. Dieu merci ma soif de musique m'a fait téléchargé l'album, qui 1 mois apres était fierement affiché dans ma discographie !

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails