Pages

mercredi 25 mars 2009

2006 / 2009 - India.Arie - Testimony Vol. 1 / Testimony Vol. 2 - Reviews - Chronique d'une artiste soul qui irradie malgré quelques faux pas fâcheux




India.Arie représente à l'heure actuelle l'un des grands espoirs de la scène nu-soul américaine, c'est simple cette auteur compositrice, guitariste qui milite pour la spiritualité, la paix dans le monde et pour les droits des femmes et des enfants est un vrai rayon de soleil dans un paysage musical soul hyper superficiel. En 2001, cette protégée de Stevie Wonder signée sur le label légendaire Motown (plutôt de bonne augure) sort un petit chef d'oeuvre : Acoustic Soul qui rencontre un beau succès autant auprès du public américain que des critiques musicaux. A peine remis du premier choc musical que son second album sort dans la foulée en 2002 : Voyage To India, un brin inférieur au premier (c'est juste pour faire ma mijaurée que je dis cela) il remporte une ribambelle de Grammy Awards. Puis c'est le vide pendant 4 longues années, elle avait en tête un projet musical ambitieux faire une sorte de témoignage sur les sujets qui lui tenait à coeur : la vie, les relations, la politique et bien entendu l'amour.

C'est toujours la même histoire avec le monde de la soul moderne, les maisons de disque refusent que leurs poulains sortent des sentiers battus et il est hors de question d'évoquer la sortie d'un double disque qui coûtera (un peu) plus cher pour le consommateur et donc de générer l'existence d'un potentiel de pertes en terme de ventes de disque. C'est vraiment dommageable pour l'intelligence et la liberté artistique des artistes - enfin il ne faut pas oublier que Motown est une filliale d'Universal Music... ceci explique sans doute cela ! Passons l'éponge, peu avant l'été 2006 voit l'apparition plus qu'attendue du troisième opus de la lumineuse India.Arie nommé Testimony Vol. 1 : Life & Relashionship, un premier volume axé sur ses pensées, sa personne et son bien être avant de sortir quelques mois plus tard un deuxième volume davantage axé sur la politique et l'amour. Enfin ces quelques mois d'attente seront transformés en plusieurs années mais cela sera le sujet de la deuxième chronique ci-dessous.

Cet album a été pour India.Arie une façon également d'expérimenter un son plus acoustique, légèrement moins soul, en tous les cas le R&B a quasi disparu pour faire place à de la pop et même à de la country ! Lors des premières écoutes du disque en en 2006, j'avais été légèrement déçue en comparaison à ses deux autres opus. J'avais très difficile d'accrocher à telle ou telle chanson et pourtant avec le recul et en le réécoutant aujourd'hui sans les attentes (démesurées) de l'époque, je le trouve beaucoup mieux. Je me suis habituée à l'ambiance plus lumineuse et légère que ses précédents opus davantage sérieux. D'ailleurs, le premier morceau These Eyes avec sa guitare espagnole lancinante et son atmosphère mélancolique est un vrai petit bijou. The Heart Of The Matter met en avant ce nouveau son d'India que je trouvais plus passe partout à l'époque mais aujourd'hui je trouve le son toujours un peu naïf mais très charmant le tout est saupoudré de paroles positives.

J'aime également beaucoup Good Morning qui est un highlight de l'album : la voix d'India se fait d'une suavité paradisiaque. Une pépite inspirée par le son 70's de Stevie Wonder. Le léger et festif Private Party donne le sourire aux lèvres. Lumineux même si un peu anecdotique. Plus entraînant et réussi est There's Hope. Ce morceau profond et réaliste sur la superficialité aurait pu être un excellent single. Sur India's Song, une chanson sur elle-même, l'artiste mélange sonorités africaines et folk/country avec merveille. Une chanson solaire pleine de bons sentiments qui réchauffe le coeur. Dans le même registre Wings Of Forgiveness a pour but de nous rendre plus léger, de nous déculpabiliser par rapport à nos propres erreurs : "You're Only Human". C'est superbe.

La chanson la plus réussie de l'album est Summer : une chanson acoustique avec quelques scratches pour donner un côté rétro. Ce morceau qui nous conte la nostalgie de cette saison est un petit chef d'oeuvre. J'aurais tant espérer davantage de titres de ce calibre car je sais qu'India en est très capable. I Am Am Not My Hair a été choisit pour être le single porteur de cet opus. Passé l'intro inutile et racoleuse de l'horrible Akon, le son hip hop de cette piste est vraiment bien foutu. Le refrain est tout simplement divin. Une belle chanson accrocheuse. Le mid tempo gospel Better People est destinée à vous mettre du baume au coeur, la bonne humeur y prédomine et toujours dans le même ordre d'idée le positif et I Choose clôture sur une note à la fois enlevée et radieuse. La chanson cachée est également une petite tuerie.

Un album qui n'a pas la prétention d'être un chef d'oeuvre, juste un album ensoleillée et constructif. Bien entendu toutes les chansons ne sont pas des réussites foudroyantes et l'album n'aurait rien perdu avec 2 ou 3 chansons en moins mais c'est toujours un bonheur d'entendre cette chanteuse à la voix d'or.

Note Finale : B+

Summer :


India's Song :





Plus de deux ans et demi d'attente pour que Testimony Vol. 2 : Love & Politics voit le jour au lieu des quelques mois prévus au départ, c'est dire le combat qu'elle a du engager avec sa maison de disque qui a certainement considéré ses premiers jets pas assez commercial. Le début de 2009 débute de façon bien triste pour la soul music, il s'agit du premier album qui mérite un petit peu d'attention et cela me rend tout chose car PPP et leur projet Abundance m'a déçu par leur son trop inspiré de la hype et finalement le résultat est très décousu malgré la belle présence du grand espoir de la soul masculine Coultrain et certains avancent que le premier album du producteur Ryan Leslie est pas mal, moi je trouve cela pas terrible c'est fait de façon mécanique et calculée, mais où est l'amour dans tout cela ? Enfin, je comptais sur le retour de Leela James mais son Let's Do It Again est un album de reprise sans grande inspiration. Bref, le bilan des 3 premiers mois de 2009 concernant la soul music tombe dans la déconfiture complète. Le retour d'India.Arie avec avec le second tome de Testimony ne renoue pas avec les grands jours musicaux de la belle mais il a le mérite d'être agréable et de nous faire passer un bon moment musical malgré la déception artistique.

Pourtant cela n'était pas gagné et si je n'avais pas réussi à me procurer l'album à un prix défiant toute concurrence, je n'aurais sans doute pas acheter l'album. En cause : deux extraits qui avaient été leakés avant la sortie de l'album et que je n'avais pas apprécié. Tout d'abord Therapy qui est le deuxième extrait déjà de l'album : un son artificiel mais avec un refrain certes addictif mais trop commercial, c'est sans doute pour obtenir les faveurs de la maison de disque ! Pas top mais pas trop mauvais non plus. Neutre. Ghetto et sa vibe latino continue un peu dans une sonorité mainstream mais le résulat est plus plaisant que Therapy et les lyrics sur la pauvreté sont simples mais intéressantes. La chanson qui m'énerve sans doute le plus est Chocolate High avec en featuring le sirupeux et relativement inintéressant musicalement parlant Musiq Soulchild (sois disant qu'il aurait une belle voix alors ques des milliers d'autres chanteurs de soul ont le même timbre de voix très commun). Cette chanson est la plus mauvaise de la carrière de India. Une belle erreur de parcours.

La ballade He Heals Me fait enfin mouche. Après trois morceaux moyens je désespérais, le résulat est superbe et touchant. La reprise Pearls de Sade avec un rythme légèrement acceléré par rapport à l'original est parfaitement excécuté. Le morceau est toujours aussi émouvant. Le low tempo River Rises et sa vibe un peu rétro est plein de saveurs. Un excellent morceau envoûtant. L'aérien et catchy Yellow possède toutes les qualités pour vous envoyer au paradis musical (de nouveau l'influence de Stevie Wonder ne sont pas loin). Un de mes morceaux préférés. Plus bourrin Better Way mélange blues/country et pop avec un résulat inespéré car très addictif. Vraiment pas mal. Dans le même esprit Long Goodbye fait dans les grosses ficelles, une sorte de ballade pop/rock dont seules les radios américaines ont le secret de diffusion. Trop commercial, carton rouge. Le bizarre Psalms 23 n'est pas mal du tout, c'est même une réussite tandis que la ballade hispanisante The Cure est sans doute l'une des pistes les plus aventureuses et réussies avec He Heals Me. Un bijou. Par contre on retrouve les travers artificiels sur A Beautiful Day, des arrangements à deux balles pour un texte naif mais inspiré. Du beau gâchis. Enfin un peu de simplicité avec Beautiful Flower, cette ballade acoustique renoue avec l'authenticité d'India.arie. Sublime, il suffit d'écouter et de savourer.

Toujours très agréable d'écouter India mais le résultat est tout de même décevant et beaucoup trop banal. L'année 2009 ne commence pas sous les meilleures auspices pour la soul qui se banalise de plus en plus vers un dérivé de pop. Espérons que la lumineuse India retrouve son aura première.

Note Finale : C

Beautiful Flower :

2 commentaires:

Akram a dit…

je vois que j'ai bien fait de ne pas avoir encore écouté le dernier album ^^

Tha Sound Digger a dit…

Hello,
J'ai également écouté son dernier disque et je suis encore plus déçu que prévu. Je suis entièrement de ton avis concernant le disque.
Mais , j'apprécie la voix de Musiq Soulchild, elle paraît commune peut-être mais c la simplicité de son timbre que j'adore en fait.
Goofd Job.@+

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails