Pages

lundi 19 octobre 2009

2009 - Kristina Train - Spilt Milk - Review - Chronique d'une newcomer soul au charme ravageur



Ceci est la pochette de l'advance version



Ceci est la pochette définitive



Une nouvelle signature chez Blue Note, cela intrigue toujours, non ? Après tout, ce label légendaire a relancé le jazz façon "mainstream" en la personne de Norah Jones (qui sortira d'ailleurs son nouvel album The Fall en novembre, trop hâte d'y être !) et si ce sont les anglais qui ont remporté la mise en remettant la pop/soul vintage en avant pour le meilleur : Alice Russell, Amy Winehouse, Joss Stone et le pire : Duffy ou encore Adele, c'est avec la nouvelle venue Kristina Train qu'il va falloir désormais compter ! En effet, cela a été le coup de foudre immédiat avec sa voix qui est époustouflante, très loin des gimmicks d'Adele et de Duffy, on ressent le naturel chez Kristina car elle est habitée par la soul blanche un peu dans la même veine que Dusty Springfield sur son album mythique Dusty in Memphis (1969). Kristina chante la soul, le blues avec ses tripes à travers de sa fabuleuse voix grave légèrement enrouée de superbes compositions aux arrangements luxuriants remémorant les travaux de Bacharach, d'ailleurs, il n'est pas étonnant de retrouver aux manettes de l'album : le producteur Jimmy Hogwarth (Duffy, etc.) et Eg White (Adele, etc.) co-auteur avec Kristina sur la plupart des morceaux.

Au-delà de la Voix et des arrangements, l'album est très solide offrant à Kristina un superbe premier album Spilt Milk très abouti qui sortira demain chez tous les bon disquaires. Début assez cool avec le début de Spilt Milk avant de décoller sur un refrain de velours. Une ouverture voluptueuse qui se poursuit avec le très accrocheur No Man's Land. Le refrain de ce morceau ne veut plus me quitter depuis quelques semaines. On se sent pousser des ailes avec Don't Remember qui offre aussi un refrain mémorable, des arrangements de cuivres à se damner, c'est le pied. Ma chanson préférée de l'album est sans doute le sombre et mélancolique Don't Beg For Love, première piste plus sobrement arrangée qui offre un bel écrin pour l'émotion. Une pépite. It's Over Now qui renoue avec les arrangements dynamiques sonne un peu comme un vieux classique, c'est délicieux et incontournable. Le romantique et désabusé You're Still Going To Lose ne vous laissera pas de marbre grâce à sa production plus moderne tandis que l'aérien Moon, Rivers and Such est une bénédiction pour les oreilles. Un peu de gospel sur le subtil et bluesy I Can't But Help. Sublime. Refrain en puissance également sur le beau Call In The Maker tandis que le délicat Half Light offre davantage de raffinnement. Une petite merveille. l'album se referme sur l'énergique et bouillonnant Far From The Country.

Un premier album excellent qui même s'il se base sur une recette relativement répétitive (refrains très accrocheurs et doté d'une vraie puissance émotionnelle) mérite vraiment le détour. Kristina Train devrait devenir rapidement une artiste très en vue. Un nom à retenir.

Note Finale : 14/20

MySpace

Facebook

Où Acheter ?

CdWow

4 commentaires:

Aurélie a dit…

une belle voix, une musique charmante, que demander de plus? :)

Ingrid a dit…

Je l'ai découverte grâce à un titre qu'elle offre sur son site officiel. J'aime bien ^^

Anonyme a dit…

"...et si ce sont les anglais qui ont remporté la mise en remettant la pop/soul vintage en avant pour le meilleur : Alice Russell, Amy Winehouse, Joss Stone" et .. Laura Vane & The Vipertones !!

saab a dit…

@ Anonyme :
j'ai choisi de citer celles reconnues par le grand public car j'aurai pu ajouter Stephanie McKay et beaucoup d'autres dont la fabuleuse mais trop méconnue Laura Vane ;-)

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails