Pages

mardi 12 janvier 2010

2009 - Rebekka Bakken - Morning Hours - Reviews - Chronique d'un retour (presque) réussi






Rebekka Bakken est (encore) une de ces déesses nordiques au physique de rêve et à la voix d'or. Rien que de regarder la pochette de son nouvel album et cela vous procure des complexes alors que la dame approche de la quarantaine. Depuis son enfance, elle joue du violon et du piano tout en entonnant des cantiques mais cela ne sera que vers le milieu des années qu'elle décide à s'intéresser au jazz par le biais de rencontres musicales avec le guitariste de jazz autrichien Wolfgang Muthspiel et la pianiste allemande Julia Hülsmann qui lui permettront d'affiner ses envies musicales dans ce domaine. Il faudra attendre 2003 pour qu'elle sorte son premier opus The Art of How to Fall sur lequel son public essentiellement norvégien et suédois découvrent une voix stupéfiante : puissante avec un accent délicieux et beaucoup de rondeur et de féminité. En 2005, Is That You? confirme son aura d'artiste charismatique avec un album plus produit et sophistiqué. Mon préféré personnellement. Son troisième opus I Keep My Cool (2006) reste très agréable à l'écoute mais reste un cran en-dessous des autres car il sonne plus pop que jazzy.

Depuis cette date c'est le vide : aucune nouvelle de cette grande figure du jazz nordique, elle a décidé de prendre une pause. Ne pouvant me résilier à oublier cette voix incroyable, j'ai repris de temps à autre des nouvelles sur la web depuis 2008 et vers la mi-2009, j'ai senti que quelque chose se préparait. Un nouvel album en vue. Son quatrième album Morning Hours a vu le jour dans la plus grande indifférence des médias (sauf allemands) fin 2009. Il est sorti dans le Bénélux (j'ai pu me le procurer dans une grande enseigne musicale) et en Allemagne. Même pas en Scandinavie. Ce nouvel album met en évidence le nouveau tournant musical de Rebekka ne se sentant plus vraiment l'âme d'une jazzwoman, désormais c'est dans le domaine du folk/country/Blues avec une touche pop qu'elle a décidé de briller vocalement.

A la base, ce n'est pas une mauvaise idée car sa voix possède des teintes bluesy du plus bel effet. Mais la belle dame a joué un peu la carte de la facilité en choisissant le producteur Craig Street (Norah Jones, Cassandra Wilson, etc.) qui semble se ramollir avec les années car il apporte à cet album un son chaleureux mais au final un peu lisse et formaté. Attention, l'album dans la veine américaine folk/country est très loin d'être mauvais. Non, il est très agréable et flatteur à l'oreille (on reste très loin des Miranda Lambert ou Taylor Swift qui engrangent de bonnes critiques en faisant de la musique mièvre et sans caractère), les mélodies sont charmantes (le tendre No Easy Way le démontre), les arrangements corrects mais sans la voix de Rebekka, sa profondeur et l'émotion qu'elle dégage, l'album composé uniquement de ballades pourrait être sans intérêt. Sans oublier ses textes qui sont assez intéressants et très loin des stéréotypes américains. Je vous conseille tout particulièrement d'écouter le sombre et magnifique Powder Room Collapse (la meilleure song de l'album sans conteste) qui donne l'ampleur rêvée à la voix de Rebekka, une reprise émouvante de Ghost In This House, l'aérien Starlight Of Your Heart et le touchant In The Early Morning Hours avant de vous blottir sous votre couette (ou auprès de l'être aimé) près du feu pour écouter le reste comme on savoure un moment de bonheur simple.

Un retour réussi malgré un carton rouge pour la production un peu superficielle et inodore de Craig Street (oui, c'est lui le responsable). Rebekka Bakken confirme qu'elle est l'une des très grandes voix d'Europe qui doit encore chercher les bonnes sonorités pour mettre en valeur son divin organe. J'attends la suite pour ses nouvelles aventures.

Note Finale : 10/20

Site Officiel

MySpace

Facebook

Où Se Procurer cet opus ?

Fnac.fr

Fnac.be

Amazon.de


Rebekka Bakken - Morning Hours



2 commentaires:

Aurélie a dit…

je l'ai découverte grâce à toi! encore merci, une belle voix

Fritz a dit…

J'aime beaucoup. C'est drôle,je prends souvent le temps d'écouter avant de lire ta critique et encore une fois, ma chanson préférée (Powder room) est la même que la tienne. Je serais curieux de découvrir ses albums précédents.

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails