Pages

lundi 25 janvier 2010

2009 - Alicia Keys - The Element Of Freedom - Review - Chronique d'un demi flop artistique






Cela fait maintenant près de 8 ans que je suis et écoute Alicia Keys. A l'époque, j'admets je n'écoutais pas que des trucs intelligents, je m'étais tellement emmerdée à écouter des trucs "chiants" ou "pompeux"durant toute mon adolescence (Radiohead, Björk, Pink Floyd, Verve, etc.) que j'ai fait ma crise d'adolescence à rebours au début de ma vingtaine. Alicia Keys ou encore Terry Callier, Diana Krall et Norah Jones m'ont sauvée du R&B et de la pop commerciale que je savais extrêmement néfaste pour mes neurones. A L'acitf d'Alicia Keys : deux albums magistraux Songs In A Minor (2001) qui faisait étalage de tout le talent auquel pouvait prétendre une jeune femme de tout juste âgée de 20 ans et The Diary Of Alicia Keys sorti trois ans plus tard parachève de l'introniser comme la nouvelle princesse de la soul. L'album s'avère être un petit chef d'oeuvre qui reste à ce jour son album de référence de par sa maturité et sa sobriété. Puis le soufflé commence tout doucement à tomber avec As I Am que j'ai chroniqué ici en 2007. C'était un superbe album mais les moments de grâce et de profondeurs artistiques commencent à devenir plus rare au profit de mélodies plus orientées vers la pop qui grignotent sur la "soul" de sa musique.

Puis est venu le temps de l'espérance, peut être son quatrième album studio The Element Of Freedom sorti fin 2009, serait plus complexe, centré sur la soul, la magnifique pochette de son album était de bonne augure contrairement au premier extrait Doesn't Mean Anything qui semble être un croisement bâtard entre deux de ses anciens morceaux qui ont cartonné : No One et Woman's Worth. Le texte est du réchauffé de ce qu'elle avait également antérieurement écrit. Ce single est nul, le mot est lâché qui de plus exaspérant de sentiments dégoulinant. J'ai failli jeter l'éponge. Puis, j'ai découvert quelques emaines après deux morceaux qui ont ravivé mon intérêt : Try To Sleep With A Broken Heart et Dreaming. Le premier est un sublime single mid tempo avec un refrain terriblement prenant et une ambiance aérienne grâce aux synthés vintage façon 80's. C'est de la pop mais c'est ultra réussi. D'ailleurs, je l'écoute toujours avec grand plasir après l'avoir usé jusqu'à l'os. Quant à Dreaming, ce morceau qui a filtré n'a jamais été prévu dans la tracklisting de ce nouvel opus étant surement un leftover de Diary. Dommage, ce morceau généreux et voluptueux est l'un des meilleurs morceaux qu'elle n'ai jamais composé. Alicia serait-elle devenue incapable de discerner ses bonnes compositions des mauvaises ?

Malgré cette petite déception, j'ai décidé de laisser une chance à The Element Of Freedom en me le procurant en bonne et due forme. Et le moins que je puisse dire est que la désillusion a été des plus terrible. Ses nouveaux collaborateurs tels que Jeff Bhasker et Swizz Beatz lui ont apporté le pire comme un peu du meilleur. Tout d'abord, son chéri du moment Swizz Beatz qui impose un infâme beat qui semble être un pitoyable remix de Single Ladies (Put A Ring On It) sur Put It On A Love Song, cette collaboration 100% mercantile avec Beyoncé. Ce single très accrocheur n'est pas mauvais à la base, c'est son son chéri du moment qui le détruit avec un rythme primaire. Je l'écoute quand même pour faire la vaisselle. Pas de bonne augure. Me demande encore comment elle a pu tomber aussi bas. En ce qui concerne Jeff Bhasker, je serai un peu plus nuancée : c'est lui qui l'aide à donner vie à l'excellent Try To Sleep... , au fabuleux Love Is Blind qui fait songer à l'incroyable Love Lockdown de Kanye West dont je suis une immense fan. Love Is Blind est sombre, oppressant et déchirant, l'instrumental est une bombe. Puis dans un registre moins réussi, il l'aide sur les morceaux tels que Wait Till You See My Smile avec un instrumental qui mêle piano et ce qui ressemble le plus à Van Halen, ambiance 80's assurée (par contre cela passe beaucoup mieux sur le nouveau morceau Rocket de Goldfrapp en écoute ici). Cela craint cette surproduction car la song n'est pas mauvais à la base même si sans vrai éclat apparent.

Même reproche sur le mid tempo Like The Sea un peu trop synthétique et attendu à mon goût, mais où est passé l'authentique Alicia Keys ? En ce qui concerne les autres morceaux, la plupart produits avec l'aide de son compagnon musical de longue date Kerry "Krucial" Brothers, les choses commencent sérieusement à tourner à vide. Alcia aurait besoin, à l'avenir, de faire appel à une nouvelle équipe afin de redonner un peu de fraîcheur ! Un-Thinkable est un excellent morceau : sobre et sexy, maîtrisé à la perfection par Alicia vocalement au top de son jeu ainsi que That's How Strong My Love Is qui s'avère être une ballade exquise écrite avec goût et sensibilité procurant de jolis frissons de plaisir. Sublime. Et finalement Distance and Time est une très belle ballade mélancolique et aérienne dans lequel Alicia brille une fois de plus. Par contre, le reste est relativement décevant : Love Is My Disease ne casse pas des briques mélodiquement parlant même si pas désagréable. C'est juste décevant. This Bed frise avec la médiocrité qui rappelle les débuts de Mariah Carey avec ce titre ici. Maria Carey comme référence, euh, c'est carrément dans une mauvaise direction vers laquelle se dirige la délicieuse Alicia. Pour terminer, How It Feels To Fly est juste légèrement ennuyeux, Alicia joue beaucoup trop sur les bons sentiments et la sécurité. Le refrain est pas trop mal. L'album se clôture sur Empire State Of Mind (Part 2) Broken Down et si c'est moins bling bling que la version avec Jay-Z, je ne suis pas tellement emballée même si je dois reconnaître la puissance émotionnelle du morceau. La résultante d'un album à moitié plutôt mauvais. Je vous ai mis les deux bonus tracks en écoute, elles ne sauvent rien mais ne sont pas désagréables.

Alicia Keys nouvelle reine de la mainstream music ? Not a good news. Elle aurait pu être la reine de la soul dans ce qu'elle a de plus noble à nous offrir mais se contentera de celui de la mainstream pop/soul music. Nous sommes en train de perdre une grande artiste qui succombe peu à peu aux sirènes des stades et de la notoriété.

Note Finale : 9/20

Site Officiel

MySpace

Alicia Keys - The Element of Freedom (Deluxe Version)

4 commentaires:

Ingrid a dit…

Je pense tout pareil que toi. On est entrain de la perdre et c'est for dommage. Elle commence à se noyer dans une masse d'artistes que l'on arrive plus à distinguer tellement c'est du déjà entendu. Un peu comme Norah Jones... Elles étaient bien mieux à leur début. Certes faut évoluer mais dans le même style, ça aurait été bien chouette.

Quentin a dit…

Oh oui, je le trouve tellement indigeste cet album. C'est tellement gnagna ballade sirupeuse, plutôt monotone, et trop Pop pour du Alicia Keys. Le précédent m'avait déjà laisser à demi de marbre, celui la n'aura même pas eu une place sur mon i-pod.
J'espere qu'elle va se resaisir. Je l'aime bien.

Quentin a dit…

Je vois que nous sommes d'accords. Je ne pense donc pas dans le faux. Je commençais à douter, on parle quand même d'Alicia Keys. Mais bon, c'est vraiment elle qui flanche !

saab a dit…

@ Ingrid et Quentin:
Je suis contente de rencontrer vos points de vue car une certaine presse (les médias classiques) essaie de colporter que c'est un bon album (pour faire vendre) ce qui est tout simplement un mensonge. C'est mauvais point à la ligne.

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails