Pages

mardi 2 décembre 2008

2006 - Hafdis Huld - Dirty paper Cup - Reviews - Chronique d'une artiste délicieusement déjanté





Pourquoi est-ce en Islande (que l'on peut assimiler à une petite île façon terre de glace qui compte un peu - à peine - plus de 300.000 habitants soit 1,5X fois la ville de Liège - Belgique - dans laquelle j'ai vécu une bonne partie de ma vie) que l'on rencontre pas mal d'artistes atypiques : Björk (que j'ai idolâtré telle une icône pendant 5 ans), Sigur Ros (bon je passe, je suis un peu hermétique mais je reconnais leur originalité), Emiliana Torrini (ma chouchoute, rendez-vous la semaine prochaine pour une chronique de Me & Armini) ou encore cette petite Hafdis Huld ?

Si vous suivez ce blog, j'avais proposé en guise de premier blind test une reprise (subtile) que cette artiste avait réalisé récemment du morceau Stop de Sam Brown. Cette ancienne chanteuse du groupe électro GusGus a débuté sa carrière à peine âgée de 15 ans et depuis cela part dans tous les sens : cinéma, mannequinat, musique, enfin cela n'aide pas nécessairement à se créer une véritable identité à priori. Et pourtant dès la première écoute de ce premier opus Dirty Paper Cup parut en 2006, on ne peut s'empêcher de tomber en émoi devant tant de créativité, d'originalité et de fraîcheur. Hafdis possède cette si charmante petite voix chaude, mutine, taquine et coquine qui s'accorde parfaitement avec son univers artistique : une musique pop espiègle et parsemée de touches country et de folk.

Ski Jumper débute sur une note légère et décalé savoureuse, si l'on peut être dérouté au premier abord, cette chanson devient vite addictive et se constitue une parfaite introduction. Diamonds On My Belly est une pièce maîtresse de l'album dans le sens ou Hafdis mêle avec une réussite providentielle musique électro et musique acoustique. Superbe. My Heart Still Beats nous montre une Hadis si sensible et touchante qu'il est impossible de résister à cette sucrerie sans sucres ajoutés. Si à première vue Tomoko est une petite pop song humoristique, elle prend de l'ampleur au fil des écoutes pour se réveler une pop song majeure qui devrait être adulée par tous les geek. L'ironique et pourtant tendre Plastic Halo s'est vite imposée comme l'une de mes plages préférées. L'envoûtement est total. Dans la même lignée, mais en plus minimaliste Fucked Up Mind s'avère hypnotisant, une belle pop song rehaussée par le charme de cette jolie voix.

Happily Ever After achève de nous transporter sur une autre planète sur fond de cette voix si angélique, sublime. Ice Cream Is Nice retrouve cet aspect si espiègle que peut prendre la musique de Hafdis avec cette touche roots délectable. Une des best songs de l'album il va sans dire. Celebration nous fait part du côté plus fragile et tendre de cette chanteuse polymorphe. Dans le même contexte la jolie berçeuse Hometown Hero possède un charme innocent qu'il en est troublant. Younger Lovers distille savamment sa sublime mélancolie, si Hafdis sait si bien partager son espièglerie, elle sait faire de même dans l'optique de nous procurer des frissons. Une plage pour mettre tout le monde d'accord. Who Loves The Sun, une reprise de Neil Young (Velet Underground) acoustique accompagnée seulement d'un ukulélé. Ce morceau susurré qui prend une tournure sensuelle et irrésistible est extraordinaire. A écouter d'urgence. D'une beauté à couper le souffle la ballade islandaise Sumri Hallar clôt avec magnificence l'album.

Un album hétéroclite, rempli d'ambiances différentes et composé de couleurs froides qui réchauffent le coeur. Un début de carrière solo désarmant et superbe. Un album pas ordinaire pour une demoiselle qui ne l'est certainnement pas : Hafdis possède des facettes que peu de chanteuses peuvent se prévaloir : ingénue, mutine, douce, ironique, sensuelle, charmante, mélancolique, rayonnante, elle illumine tout ce qu'elle touche. C'est elle la star.

Note Finale : A+

Site Officiel

MySpace

Ou Acheter ?

Ocean Music

Red Grape

Hafdis Huld - Dirty Paper Cup

Tomoko :


Je ne peut m'empêcher de remettre Stop (Live)(simple single, ne fait pas partie du premier opus peut être du deuxième... affaire à suivre) :

4 commentaires:

malou the daily song a dit…

ce n'est pas trop mon style mais j'ai bien aimé Tomoko !!!! merci pour ton comm sur des regards dans l'azur !! ça fait plaisir !!! bises
maelis

Lucrecia a dit…

Eh bien, une autre belle découverte! Je l'aaaiiime. Vendu!

Il est vrai que l'Islande représente une belle talle d'artistes talentueux. Du moins, selon mes goûts. Est-ce dû à leur "isolement", à l'air, les sources chaudes (d'inspiration?)?

À défaut de pouvoir visiter cette région (un jour peut-être, qui sait?), je me laisse volontiers bercer par ses voix...

Encore une fois, merci saab!

sappho a dit…

Suite à ton blind-test, j'avais justement téléchargé cet album.
Pas encore écouté, mais je sens que je vais aimer :)

dubleudansmesnuages a dit…

Nonante sur 100 tu es parfois un peu severe (lol). Je trouve que cet album méritera au moins 91 ou 92. Personnellement j'ai adoré Younger longer. J'sais pas pourquoi.
Belle analyse. Tout est dit. Et bien dit en plus.

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails