Pages

jeudi 4 décembre 2008

2007 - Fern Knight - Eponyme - Reviews - Chronique d'un album qui pioche avec délectation dans l'acid folk. Le résultat est Planant





Hier Raphael Saadiq, de la soul à l'état pur, aujourd'hui Fern Knight, de l'acid folk, ce blog va vraiment dans tous les sens, il manquerait une chronique du dernier AC/DC, non ? J'avoue aimer beaucoup de styles musicaux, en fait si le matériel est de qualité et la voix pas désagréable je donne la chance à tous. C'est ce que j'ai fait avec ce groupe issu du mouvement appelé communément acid folk. Pour ceux qui ne connaîtraient pas l'acid folk (ou psychedelic folk) prend ses origines du mélange entre folk et musiques psyhédéliques, c'est même lié (selon wikipedia) à l'usage du LSD comme source d'inspiration (je rassure tout le monde cette musique n'est pas illégale et n'exige pas de planer pour la savourer, au contraire c'est elle qui est à l'origine de cet état second). Les chansons sont souvent de longues pistes expérimentales dont la vocation est de nous immerger dans un état de songe, de relaxation que l'ambiance soit mélancolique ou lumineuse.

C'est en 2003 avec l'apparition du groupe Espers que le mouvement acid folk est remis à l'honneur avec des influences médiévales et celtiques affirmées. Le duo Meg Baird et Greg Weeks vont de suite s'imposer comme un groupe culte en l'espace de 3 disques : Espers (2003), Weed Tree (2005) et Espers 2 (2006). Sans oublier que chacun d'eux ont également une belle carrière parallèle, efin c'est une autre histoire. Je parle évidemment des Espers car le lien avec Fern Knight est particulièrement fort. Les uns collaborent sur les galettes des autres et vice versa. Greg Weeks par exemple a enregistré ce dernier album de Fern Knight à Philadelphia même si c'est la chanteuse/auteur/compositrice et multi-instrumentaliste (ouf!) Margaret Wienk qui assure la production. Cette artiste possède non seulement un don pour la musique mais détient aussi une jolie voix de soprano cristalline, pure, vectrice d'émotions subtiles, parfaite en quelque sorte pour s'accommoder avec ce style musical délicat.

En réalité ce Lp Eponyme est le troisième du groupe Fern Knight (sans compter les nombreux projets et collaborations diverses : exemple Valerie Projetc en 2007), il succède à Seven Years of Severed Limbs (2003) et Music for Witches and Alchemists (2006). Objectivement, si la musique de ce groupe n'est pas accessible à tous, elle n'en demeure que plus belle et mystérieuse. En effet, ce mélange élégant et harmonieux de musique folk celtique acoustique et d'électro pour asseoir l'ampleur du son est une magnifique réussite de dosage. Dès l'ouverture avec Bemused nous voici immergé dans un monde féerique surplombé de paysages verts à perdre de vue sur fond de musique qui mélange guitare électrique et harpe. Le délicat et merveilleux Silver Fox dégage une beauté somptueuse, c'est sans conteste l'une des plus belles et mémorables pistes de l'album.

En contraste, le sublime Sundew est plus sombre et mélancolique tandis que le doux psychédélisme aux racines irlandaises de Loch Na Fooey vous plongera dans un état proche de la béatitude. L'hypnotiquement magnifique Hawk Mountain met en évidence d'une part la clarté de la voix de Margaret presque enfantine et l'aspect terrien, proche de la nature du groupe de par les paroles. De nouveau, des arrangements de cordes qui viennent magnifier cette musique prenante qui est l'une de mes favorites. Le minimaliste et mélancolique Synge's Chair procure des frissons, une ballade à l'ambiance funéraire celtique de toute beauté. de nouveau, sous le charme total de cette musique. La tryptique naturaliste : The Magpie Suite: Prelude, Part II, Part III inspirée du poète Milton et de son oeuvre Paradise Lost est à se pâmer : le prélude langoureux accueille avec bonheur les vocalises angéliques de Greg Weeks Le Part 2 ressemble à une délicate berceuse celtique apocalyptique et le Part 3 clôt l'album sur une post apocalyptique/paradisiaque bohème.

17/20 je suis tombée entièrement sous le charme de ce groupe qui suit de près les groupe Espers qualitativement parlant. Je recommande cette musique à tous ceux qui aiment les Espers mais ne savent pas s'ils vont se reformer un jour et à tous les stressés de la vie (qui ne l'est pas ?). Cette musique complexe et planante qui offre des paysages mentaux d'une beauté infinie est un bienfait pour l'humanité (cela ne fait même pas grandiloquent, tiens!) et pour nos tympans.

Site Officiel

MySpace

Facebook

Où se Le Procurer ?

Amazon.fr, Fnac.fr, Cdwow.us

Fern Knight - Fern Knight

5 commentaires:

Daniel a dit…

Merci, pour tes commentaires, pour les artistes que tu présentes sur ton blog et qui sont aussi de véritables pépites musicales.
Tu sais que je ne laisse pas beaucoup de commentaires, mais je continu à te lire assidument. Et en plus, maintenant que tu utilises aussi le lecteur Deezer, je peux surfer en écoutant tes choix musicaux (d'ailleurs le disque de Fern Knight vient de se relancer, coooool ^_^)

saab a dit…

@ Daniel :
Quel beau compliment Daniel, Merci infiniment !! Ne t'excuse pas pour le soi-disant peu de commentaires (mais ils sont toujours élaborés), tout le monde ne dispose pas du même capital temps ;-)

quentin a dit…

Très bon album, Les arrangements muscicaux sont tellement bons, riches. Un vrai plaisir cet album. =)!

lyle a dit…

Un bel album en effet et la trilogie finale est effectivement sublime.
Juste dommage que le début soit un peu trop classique et pas de la même qualité...

saab a dit…

@ Lyle :
Au début de l'album Silver Fox est vraiment magnifique mais il il faut admettre que la trilogie finale est plus audacieuse, en quelque sorte moins classique comme tu le fais très justement remarquer !

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails