Pages

lundi 1 décembre 2008

2008 - Golden Animals - Free Your Mind And Win A Pony - Reviews - Chronique d'un album qui croise l'icône Jim Morrison et la musique des sixties



Free Your MInd and Win a Pony by Sabine De Greef on Grooveshark


Et oui, cela fait déjà 6 mois depuis que j'avais évoqué mon gros coup de coeur pour le groupe Golden Animals. Depuis, je me suis procurée difficilement ce premier album très mal distribué en Europe. Qu'importe, je ne peux obliger les distributeurs à mieux faire leur boulot ! Ce qui est dommage car cet album de revival blues/rock s'avère être une petite perle. D'ailleurs rien que pour la voix grave et virile de Tommy Eisner (également guitariste) réminiscente à celle du Dieu Jim Morisson, cet album vaut le détour.

Comme il fallait s'y attendre, le duo est largement décrié par la critique professionnelle car ces derniers sont davantage considérés au titre vilain titre d'imposteurs que comme des artistes authentiques, on leur reproche d'apparaître après les groupes revival blues/rock tels que les excellents The White Stripes et The Black Keys. La porte se serait-elle fermée après eux ? Non, vraiment je possède une bonne partie des albums des Black Keys et (surtout) des White Stripes et je ne peux résister à ce lui des Golden Animals : leur musique sonne décidément plus accessible, plus immédiate (peut être moins ambitieuse par conséquent) que celle de leurs confrères, ce qui permet de résumer en un seul terme le mot d'ordre préconisé par l'opus : plaisir - de l'écoute sans prise de tête (ce qui ne veut pas dire que cela ne relève pas de la qualité).

The Steady Roller déboule avec ses gros sabots pour un blues/rock crade et jouissif tandis que l'électrique Queen Mary avec son swing imparable vous fera dodeliner définitivement de la tête. Le doucement psychédélique Ride Easy invite à un songe délirant mais Try On Me demande instamment de se déchaîner. My My My grand incontournable de l'opus est sensuel, sauvage, fichtrement bien foutu. Le point d'orgue de cet album est atteint (entre autre) par la bombe Follow Me Down. Ce low tempo est divin, doux et puissant. Turn You Round enchante notre oreille et My Friend Bill dégage une énergie tranquille mais c'est avec I Want You To Come que le gros son réapparaît : de quoi fouetter notre sang. De même Alice nous en met assurément plein les oreilles sur cette chanson sexy. Le sublimement psychédélique Darkness Light clôt de façon magistrale cet opus sous forme d'ub duo partagé avec la magnifique et douce voix Linda Beecroft (qui se trouve le plus souvent à la batterie ou dans les superbes choeurs, ces derniers apportant une belle dimension féminine à l'album).

16,5/20 : éfficace, hippie dans l'âme, sexy en diable et finalement jouissif, cet album revival humble et sans prétentions est parfaitement orchestré, bien produit et mature. A déguster sans modération, c'est excellent pour la santé.

@ Algoma et Raph


The Steady Roller :


Queen Marie (Live) :

5 commentaires:

LUCO*PAX a dit…

c'est terrible ! c'est vrai qu'il chante comme Morrisson...

Algoma a dit…

Oh mille mercis ma chère Amie :-)C'est un excellent album que j'ai découvert grâce à toi ;-) Un grand coup de coeur !!! ...t'espère en forme et te souhaite une belle soirée ; Big Bisous @+++

Raph a dit…

:-) oui un grand merci pour le lien..
et pour la musique , la découverte etc... tu crois que ce disque est dans notre bonne vielle médiathèque.... parce que ce disque , il me le faut... rire ...enfin je ris mais je ne plaisante pas...

Nagagate a dit…

Une Voix et un Son qui te transporte dans le passé... Cool!!!

Bizz

saab a dit…

Que d'enthousiasme pour ce groupe, c'est évident cette voix et cette musique qui sonne vintage sont vraiment très agréable à l'écoute.

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails