Pages

vendredi 29 octobre 2010

2010 - Prylf - Kind Of Green - Review / Chronique - De standards du jazz comme vous ne les avez jamais entendus...




Impossible de s'ennuyer en écoutant la scène musicale du jazz vocal en Suède. Je ne compte plus les nouveaux artistes qui débarquent chaque année mais s'il y a bien un quintet qui est arrivé à se démarquer en 2010, il s'agit de Prylf. Composé de Linnea Henriksson au chant, Felix Martinez au vibraphone, Anton Toorell à la guitare, Patrik Grundmann à la basse/contrebasse et de Raeel Raissi à la batterie, ce band, dont la majorité des membres se sont rencontrés sur les bancs de l'école, est véritablement monté sur ressorts. La preuve ? La sortie en février 2010 de leur premier album Kind Of Green, en forme de clin d'oeil au Kind Of Blue du géant Miles.

Cet opus en question reprend quelques-uns des standards les plus connus du jazz mais pas de façon conventionnelle, on peut même dire que leur façon de se rapproprier ces titres, maintes fois ré-interprétés sans toujours beaucoup d'originalité, est délicieusement irrévérencieuse sans toutefois crier ni au scandale ni au génie. D'un côté on a droit à une chanteuse allumée, à l'énergie débordante et à la voix réminiscente à celle de Björk (en guise d'anecdote, elle participe pour le moment à l'édition 2010 d'Idol, équivalent de la Nouvelle Star en Suède et se débrouille pas trop mal si on en juge sur base de quelques vidéos qui se trouvent par ici), de l'autre, un band incroyablement imaginatif, dynamique, (re)créateur d'ambiances denses et inquiétantes sur la plupart des reprises qui se parent désormais d'habits modernes déjantés et décalés.

Kind Of Green s'avère une oeuvre décoiffante, terriblement rafraîchissante dans laquelle les protagonistes se sont donnés à corps perdus. Autumn Leaves débute sur un nuage électronique avant que les musiciens et son interprète se déchaînent sur le refrain. Oubliant la douceur mélancolique et nostalgique de l'original, ce morceau prend une tournure plus mordante, à la limite psychopatique. Sur Invitation la formule utilisée sur Autumn Leaves a été poussée à ses extrémités car la revisite flirte allègrement avec le métal. Ce type musical se retrouvera également sur Lullabye Of Birdland qui ménage des moments de douceurs paradisiaques avec des expérimentations instrumentales assez grinçantes, le leitmotiv du groupe semble de ne jamais vouloir caresser l'auditeur dans le sens du poil et c'est plutôt euphorisant. Le ravalement de façade indie rock déglingué de Body & Soul le rend totalement méconnaissable. Jouissif. La relecture de Somewhere Over The Rainbow et de My Funny Valentine s'avère plus impressionniste et épique et le résultat est génial. Ce sont deux morceaux méritent à eux-seuls le détour dans l'univers tordu du groupe.

Un premier album qui revisite certains standards du jazz de façon culottée, originale et électrique. Une découverte décoiffante !

Note Finale : 16/20

Site Officiel

MySpace

Facebook

Où se le Procurer ?

Store du label Boogie Post Recordings

Cdon.eu, Amazon.com

Kind of Green - Prylf

1 commentaires:

FLY a dit…

Frequently visit your blog. We have similar tastes. My blog will be private. I would like to invite you and all who wish.

http://www.flycds.blogspot.com/

from.me.to.fly@hotmail.com

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails