Pages

mardi 27 janvier 2009

1970 - Classique - Minnie Riperton - Come To My Garden - Reviews - Chronique d'un chef d'oeuvre de la soul psyché-symphonique méconnu




Le magazine Rolling Stone a toujours su créer la controverse que cela soit dans leurs critiques musicales discutables ou leurs fameuses création de listes des meilleurs je ne sais quoi. Quand ils ont publié l'année passée leur liste intitulée pompeusement : The 100 Greatest Singers of All Time, j'ai de suite tiqué sur l'intronisation d'Aretha Franklin, en numéro one, cela ne me dérange pas vraiment mais je suis loin de partager leur optimisme (sans nierqu'Aretha est une sommité du R&B/soul) et sur la présence de Christine Aguilera... qui a finit d'achever tout crédit qu'aurait pu avoir cette liste. On retrouve Whitney Houston mais pas sa tante la légendaire Dionne Warwick qui est en tout supérieure tant du point de vue vocal que de la carrière (épaulée par Bacharach, elle a sorti une dizaine d'albums qui valent plus que le détour). Et surtout, ce qui m'a déstabilisé c'est l'absence de l'inoubliable Minnie Riperton.

J'ai toujours préféré les chanteuses qui font dans la nuance et Minnie malgré ses mirifiques cinq octaves et demi (et oui, cela compte) n'en abusait jamais au détriment de l'émotion, elle dosait sa voix avec un savoir faire extraordinaire. Sa voix incomparable, qui montait dans les aigus comme personne dans le milieu de la musique populaire (c'est pas faute de vouloir copier, n'est-ce-pas Mariah Carey et ses multiples consoeurs ?), me transmet à chaque écoute un goût de plénitude paradisiaque. Plus connue pour ses hits tels que Lovin You (issu de Perfect Angel, 1974, ici) ou du très moite Inside My Love (issu d' Adventures In Paradise, 1975, ici), Minnie Riperton a à peine pu disposer du temps de sortir 5 albums solos avant de s'éteindre âgée à peine de 31 ans des suites d'un terrible cancer du sein. Pourtant dès son premier album en 1970 intitulé sensuellement Come To My Garden, Minnie frappe fort : des critiques dithyrambiques pour un public absent (même aujourd'hui, je n'ai vu personne sur la toile rendre justice à ce divin album) : c'est triste, voire honteux car cet album est un chef d'oeuvre.

En 1970, Come To My Garden voit le jour et représente le meilleur de la soul psychédélique des années 70's et bien au-delà. Charles Stepney produit le bébé (Earth Wind & Fire et c'est lui qui est derrière l'un des plus beaux albums de mon idole Terry Callier : What Color Is Love en 1972 qui est également un pur chef d'oeuvre). Ce producteur apporte sur cet album un son symphonique d'une délicatesse et d'une classe intemporelles. C'est de l'ordre du divin tout simplement. Minnie, elle apporte sa voix crystalline d'une beauté à couper le souffle. Sa capacité à monter dans les aigus est extraordinaire, les nuances apportées dans ses interprétations mélancoliques, sensuelles ou naïves sont sans pareilles. Minnie Riperton représente le prototype de la chanteuse rêvée : magnifique, humble, morte beaucoup trop jeune pour penser à faire des albums de duos redondants (Aretha Franklin), de reprises à deux balles (les exemples sont légions) ou de gospel remplis de sentiments dégoulinants (référence à la magnifique Dionne Warwick). Elle est (hélas) partie laissant derrière elle d'excellents albums dont l'apothéose se retrouve déjà sur son premier effort Come To My Garden

Les Fleurs frappe très fort d'entrée de jeu, ce classique de la soul représente l'un des meilleurs morceaux de Minnie. Cette chanson de soul psychédélique aérienne est un chef d'oeuvre en lui-même : orchestré de façon magistrale, des choeurs angéliques et la voix de Minnie impénétrable, presque mystique, la magie de ce morceau prend à chaque écoute sans jamais lasser. Le reste de l'album est pourtant à la hauteur de ce sublime premier morceau. Le sensuel et mélodramatique Completeness est poignant. Le sublime jazzy psychédélique Come To My Garden vous met en orbite direction paradis lors de son écoute. Memory Band mêle avec magnificence bossa et jazz avec une classe folle. Ensorcelant. Tendre et attanchant, Rainy Day In Centerville est ponctué de façon délicieuse d'arrangements redondants magnifiques. L'évanescent et romatique Close Your Eyes And Remember ainsi que le troublant et tonitruant Oh By The Way possèdent ce goût édenique indicutable tandis que l'enchanteur Expecting est à fendre le coeur des plus endurcis. C'est ma chanson préférée de la belle dame. Entre jazz et bossa, le paradisiaque Only When Im' Dreaming clôture l'album de façon idéale.

100/100 : chef d'oeuvre absolu, on est pas près de revoir un tel album dans les étales d'un magasin. Pas vendeur pour un sou, cet album de soul psychédélique orchestral est un must absolu pour les mordus de musiques intemporelles. A déguster sous le soleir ou dans la pénombre, les sensations troublantes que cet album procure aux auditeurs après près de 40 ans d'existence est juste énorme. Les vocalises de Minnie n'ont pas finit de nous hanter, un testament inoubliablede leurs existences. A Quand une édition digne de ce nom pour cet album ?

Les Fleurs :

4 commentaires:

My Head is a Jukebox a dit…

Entièrement d'accord avec toi, c'est l'une des plus grandes chanteuses de tous les temps et je n'exagère pas. Faire une soi-disant liste des plus belles voix sans parler de Minnie, c'est juste une hérésie !

Bises,
Régis

Michael a dit…

Bien content que tu parles de "classiques" en plus des nouveautés habituelles...

Goonies' Council a dit…

Une merveille.

saab a dit…

@ Régis:
tu as merveilleusement bien réusmé la situation : une hérésie !

@ Michael :
Merci il faut un peu diversifier les post, la musique actuelle ne saurait être comprise sans découvrir les classiques. Je vais continuer dans cette voix !

@ Goonies (toute mon enfance) :
"une merveille" : 100% d'accord !

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails