Pages

samedi 27 février 2010

2006 - Johanna Kunin - Clouds Electric - Review - Chronique d'une "piano-girl" pas comme les autres






Ce que je trouve être le top c'est quand les artistes eux-mêmes déclarent leurs coups de coeur musicaux. Comme vous le savez très certainement depuis la découverte de Jenny Gillespie (son dernier album en date Day Light a été chroniqué ici l'an passé et un nouvel opus devrait faire son apparition courant 2010, je vous tiens au courant), je suis l'actualité de cette dernière entre autre par le biais de son site officiel, elle y écrit de temps en temps ce qu'elle écoute et y découvert le nom de Johanna Kunin faisant partie de sa liste. De suite, j'ai eu un coup de coeur pour les morceaux écoutés sur son MySpace. Une pop sophistiquée usant et abusant de piano et cordes en tous genres pour donner une tessiture atmosphérique et complexe à sa musique intrigante. Intrigante à mes yeux car ce n'est pas tous les jours que je craque pour de la pop aussi belle et mélodieuses soit elle. Johanna Kunin n'est pas qu'une autre "piano-girl", elle est vraiment unique à mes yeux : une voix subtile et intense, claire et envoûtante, pour la résumer, reconnaissable et sublime. Mais la plus grande force de Johanna, au-delà de sa musique et de sa voix, est son écriture magistrale, à la fois limpide, sincère et sombre. Une artiste à part entière.

J'achetai rapidement la version digitale son dernier album Hidden System sur son site ici mais qui n'a hélas pas encore réuni les fonds nécessaires pour une sortie physique très coûteuse(n'hésitez d'ailleurs pas à la soutenir si vous aimez, c'est réellement important pour les artistes indépendants). Cependant, aujourd'hui, j'ai décidé de vous présenter le deuxième Lp (Sigh Lens est son premier album en plus de 2 ep's : Up North et Seaworthy Sleeper sortis également) de Johanna Kunin : Clouds Electric réalisé en 2006 avec lequel je suis le plus à l'aise pour vous en dire un mot. Produit par Tucker Martine (Decembrists, Laura Veirs, etc.), cet album fait la part belle aux pistes richement orchestrées (les "singles" Fireflies, et Blueberry qui sont des petits bijoux d'orfèvre pop d'une beauté incandescente, l'indie pop pêchue de City of The Morning apaisée par un refrain angélique), finement arrangées (le sublime et Goldfrapp/érien Olos, ma piste préférée, l'élégant Tread Softly, l'évanescent, triste et rêveur Disappearance ou les lumineux Voice In a Bottle et Soul Secrets) ou intimistes (le fragile et émouvant Boat Song, la sobriété qui s'émane du discret Phantom, le piano instrumental The Butterfly une reprise d'un morceau d'Edvard Grieg).

Un album pop magistral. Johanna Kunin s'impose, dans un silence quasi complet venant des médias, comme une artiste de premier plan.

Note Finale : 16,5/20

On en parle aussi chez Arboro

Site Officiel

MySpace

Facebook

Où se Procurer ce Bijou ?

Son Store (je le rappelle encore : la soutenir, si vous appréciez sa musique, afin de l'aider à poursuivre sa carrière musicale)

Amazon


Johanna Kunin - Clouds Electric



3 commentaires:

Ma mère était hipster a dit…

Belle découverte pour ma part. Joli, mélodieux, sensible. Merci encore! Quelle efficace recherchiste tu fais! ;)

Julien Zwald a dit…

Sublime,

J'ai été littéralement transporté par Olos et son piano décousu rythmiquement mais réellement ennivrant.

Merci pour la découverte qui va venir compléter ma musicothèque.

Julien de
http://metstacapuche.blogspot.com/

arbobo a dit…

yeah, on cause un peu de johanna kunin c'est cool :-)

perso j'ai vraiment craqué pour "sunrising" sur son nouvel album, dont elle dit quelques mots par ici :
http://www.arbobo.fr/johanna-kunin-une-voix-se-leve-a-louest/

cheers!

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails