Pages

lundi 6 octobre 2008

2006 / 2008 - Ndidi Onukwulu - No, I Never / The Contradictor - Reviews - Chronique d'une chanteuse savoureuse et généreuse, bref que du bonheur






Je suis heureuse, oui, je le suis réellement en écoutant l'une de mes plus belles découvertes en matière de vocalistes féminines de cette année : Ndidi Onukwulu. Elle possède une voix hors du commun (mais n'en fait pas des tonnes), elle chante avec son coeur, ses tripes, elle m'a profondément marquée en cette année 2008. Avec conviction et honnêteté, Ndidi se dévoile, se met à nu pour la musique qu'elle aime par-dessus tout : le blues. Il ne s'agit pas de blues façon vintage ou de blues traditionnel mais plutôt de pop/country/soul/blues/folk aucunement prétentieux qui procure un plaisir immédiat à l'écoute décuplé par les musiciens de talent qui accompagnent de façon merveilleuse Ndidi et surtout par cette voix : quel timbre velouté, quel coffre, quel talent pour transmettre des frissons, des palpitations, je ne m'en suis pas encore remise.

Horn Blower nous met de suite sur la piste de cet album : du blues mainstream mélodique et surtout de qualité, ce qui est plutôt rare. Catchy et très bien exécutée, un met de choix avant du très lourd : Water, une vraie bombe vénéneuse, insidieuse, sensuelle. Un morceau très bluesy sublimé par la sobriété et le coeur mis dans l'écriture et le chant de Ndidi. Incontournable. Wicked Lady procure le même plaisir à l'écoute que la piste précédente excepté que le tempo s'est ralenti afin de mieux profiter de ce moment qui s'étire avec bonheur. A noter que la musique est magnifique ! Hey There relève davantage d'un blues nerveux que les musiciens de Ndidi s'emparent pour le magnifier. En prime, un petit final gospel à ne pas rater. Hush se démarque très facilement de l'album : c'est la plus belle piste de l'album, un chef d'oeuvre que je ne me lasse jamais de réécouter : entre dream pop et blues, cette ballade, aux paroles percutantes, est un pur enchantement pour les oreilles, à écouter d'urgence et sans modération.

Weight ce morceau rock/soul est absolument irrésistible avec sa petite touche psychédélique. Un excellent morceau qui fait une fois de plus la part belle au jeu des musiciens qui s'en donnent à coeur joie. Maybe The Last Time, I Don't Know : une nouvelle pépite de cet album. Un morceau traditionnel gospel repris avec brio. C'est juste wonderful, à écouter. Seen You Before, morceau très accessible, très catchy, rythmé et bien arrangé. Old Heart possède un superbe refrain et un petit côté blues crasseux séduisant. Home est un morceau accapela que Ndidi met en relief avec classe, émotion et sobriété. Un joyau qui fout des frissons. Long Way Home clôt en douceur cet opus : une plage guitare/voix toute simple et belle, la réussite de ce résultat prouve une fois de plus la facilité que possède Ndidi de voyager dans tous les styles musicaux.

17/20 : plaisir, plaisir que de découvrir une artiste telle que Ndidi, son charme fou, sa classe, sa fougue, son caractère impétueux. Certes, sa musique peut-être qualifiée de blues façon mainstream mais la qualité est au rendez-vous, cela ne tombe jamais dans la facilité. C'est une musique sur laquelle il est agréable d'ouvrir ses écoutilles et d'apprécier en toute simplicité. De plus, les arrangements sont soignés et laissent du mou, de l'espace pour les musiciens qui n'hésitent pas à donner une belle signature authentique à l'album. Il serait plus que dommage de passer à côté de Ndidi, sa voix puissante et nuancée est unique en son genre et sa sincérité l'est encore davantage.






Très remarquée par certains médias dans les pays anglophones grâce à ses prouesses vocales et une longue tournée qui a suivi la sortie de son premier opus sorti en 2006 : No, I Never, Ndidi n'a pas dit son dernier mot et a sorti en juillet 2008 son second opus The Contradictor afin d'élargir davantage son horizon musical avec le jazz et d'ajouter un brin de sophistication à ses nouvelles compositions.

Le fantastique SK Final ouvre le bal et d'entrée avec son refrain brillamment arrangé musicalement. Un début tonitruant qui donne la banane. The Lady & E ouvre cette porte sur le mélange blues/pop/jazz. Un résultat peu banal qui oscille entre ballade et nervosité dans lequel Ndidi donne tout son coeur. Excellent. Forever SZ s'inspire clairement du beau cabaret jazz : classieux et cosy. C'est délicieux, entraînant, superbe. Almost JD lorgne du côté du domaine musical pop/blues un peu rétro, un morceau étourdissant, excellent. Goodnight JF met en lumière sur une ballade country la capacité de Ndidi à procurer des frissons sans faire étalage de sa belle voix. Emouvant. Move Together constitue un court mais intense morceau gospel, un appel à l'union auquel il est bien difficile de résister.

No Everybody et son rythme enjoué reggae/blues met la pêche, de même Her House Is Empty KH plonge davantage de la pop music/blues sombre mais accrocheuse et vivante. Superbe. Boogie MB possède un petit lien de parenté avec On The Road Again qui ne pourra que vous séduire, vous faire dodeliner de la tête. Ce morceau électrique est une petite tuerie. Cry All Day est peut-être la plus belle piste de l'album: cette ballade aux accents blues/folk/country est un joyau de douceur et de mélancolie. A écouter absolument. Rise renoue avec le répertoire plus nerveux et impétueux de Ndidi avec un petit zeste de décadence musicale, excellentissime. He Needs Me, une reprise d'Harry Nillson, clôture de façon spectaculaire l'album. Entre Bessie Smith et Nina Simone, Ndidi pourrait bien un jour trouver une place parmi les plus grandes. Un morceau impressionnant qui démontre l'ampleur de son charisme d'interprète.

17/20 : de nouveau Ndidi fait preuve d'une maîtrise musicale étonnante et d'une belle maturité pour son jeune âge. Je suis sous son charme dès qu'elle utilise sa voix que cela soit sur les morceaux plus énergiques (elle en jette plein la vue) ou sur les ballades (sur lesquelles, elle brille). Par rapport au premier album, les morceaux sont un peu plus concis et diversifié, l'écriture de cet opus est plus sombre mais non dénuée d'espoir, car Ndidi n'est pas qu'une voix mais une très belle plume. Last but not least, cet opus est une excellente suite à No, I Never et confirme tout le bien que je pensais de Ndidi. Et cette reprise de He Needs Me, à couper le souffle, confirme quant à elle le fait que Ndidi a tout pour devenir une très très grande chanteuse, si elle ne l'est pas déjà. Un album à découvrir absolument pour le plaisir des oreilles, 2008 est décidément un très grand cru.

MySpace

Facebook

Où Se Procurer ces Joyaux ?

Amazon.fr, Fnac.fr

Ndidi Onukwulu

6 commentaires:

My Head is a Jukebox a dit…

Salut Sabine,

Ca a l'air vraiment pas mal cette chanteuse, je pense que je vais étudier ça de près.

Régis.

Aurélie a dit…

j'ai écouté les deux albums, quelle voix, quel style, quelle musique!!! vraiment une très belle découverte! merci

My Head is a Jukebox a dit…

Coucou Miss,

Je confirme, c'est vraiment bien. Belle découverte, merci !

Régis.

Daniel a dit…

ça y est, je suis fan, merci Saab

Anonyme a dit…

Je l'ai ratée lorsqu'elle est venue ici ! Je me rattrape alors sur ton site !

Mrs Pillsbury

saab a dit…

Merci à tous, pas mal de commentaires pour cette belle chanteuse, cela fait vraiment plaisir ;-)

@ Mrs Pillsbury:

Vous allez me manquer, vous êtes l'un des premières qui m'avez soutenue pour ce blog et je ne vous remercierez jamais assez ;-)

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails