Pages

lundi 6 septembre 2010

2009 - Sarah Corman - Happy Little Tune - Review / Chronique - Quand le jazz se fait pétillant et fun




Je ne me souviens plus de rien. Ni le lieu, ni la période de sa découverte mais Sarah Corman a réussi à changer ma perception relativement classique du jazz vocal féminin. Non, ce dernier ne regorge pas uniquement de jeunes femmes, pourvues d'un timbre diaphane, qui chantent de langoureuses ballades ou de divas qui donnent de la voix, il peut-être également représenté par des artistes qui redonnent un côté pétillant et dynamique à cet art. Sarah Corman en est le plus charmant exemple, avec ses lunettes, son faux air ingénu, elle fait songer de suite à une geek. Originaire du Minnesota, élevée en Californie du Sud, elle est désormais établie dans la Big Apple où elle se produit en live depuis quelques années.

En effet, celle qui travaille de jour comme professeur de musique, se transforme en musicienne avertie la nuit tombée et a même pris le temps de sortir un premier opus Happy Little Tune (2009). Ce dernier mélange compositions originales et reprises "convenues" mais le plus souvent surprenantes. Sa base est faite de jazz, les musiciens l'entourant sont plus qu'impeccables, ils donnent véritablement forme à l'univers désarmant Sarah Corman : Corrina Albright (violon), Alan Ferber (métronome), Mark Ferber (percussions), Jody Redhage (violoncelle), Bryn Roberts (piano), Yoshi Waki (contrebasse) et Anthony Wilson (guitare), un véritable équipe d'amis, tous représentés à l'intérieur du digipack de l'album, ce qui démontre le caractère bon enfant, coloré et enthousiaste de l'artiste autant sur la forme que le fond de son univers musical.

Dès l'ouverture de l'album, la première composition originale Happy Little Tune emporte l'auditeur dans un univers ensoleillé et funny, le tout étant rehaussé par des arrangements sérieux et classieux. La chanson populaire Guilty ou encore Honey Pie (The Beatles) sont de véritables petits bijoux au charme désuet intemporel remis au goût avec talent à l'aide de ses musiciens qui ajoutent une véritable plus-value. Both Sides Now, l'un des morceaux les mieux connus de Joni Mitchell, bénéficie d'une relecture rafraîchissante tandis que Personal Space et Little Women offrent une jolie vue acidulée sur les talents de composition et d'écriture de l'artiste.

Ces jolis morceaux contrastent avec Dionysus, dernier morceau original de l'album, qui s'avère plus free jazz, abstrait et audacieux. Such Sweet Thunder (Duke Ellington) ou encore Never Going Back (Fleetwood Mac) sont  ré-arrangés sous l'égide de Sarah Corman qui mise sur les harmonies vocales enchanteresses. Le résultat est superbe tout simplement. Au registre des bonnes surprises, on pourra noter également, Tenderly qui se voit remodeler son tempo vers le up pour nous entraîner sur des rythmes latins aux contours lounge et Pure Imagination (Willy Wonka & The Chocolate Factory soundtrack) qui est rhabillé avec des habits jazzy lui donnant un aspect plus adulte mais tout aussi "féerique".

Un prémier album spontané, pétillant, surprenant et surtout très agréable et réussi. Sarah Corman est un bien charmante artiste qu'il faudra suivre de très près. Ce que l'avenir lui réserve devrait plus plus que jamais scintiller.

Note Finale : 15,5/20

Site Officiel

MySpace

Où Trouver Cet Opus ?

Cdbaby

Amazon.com

Happy



0 commentaires:

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails