Pages

lundi 13 septembre 2010

2010 - Debbie Miller - Fake Love - Review / Chronique - Délicieusement décalé et impertinent




Debbie Miller a tout d'abord appris le piano de façon professionnelle avant de devenir une guitariste autodidacte, ce qui lui a singulièrement facilité la vie afin donner des concerts aux endroits qu'elle désirait. Cette new-yorkaise qui se produit régulièrement sur quelques scènes encore intimistes dont regorge la Big Apple ne devrait plus, pour très longtemps, rester méconnue d'un public plus large. Debbie Miller possède un talent rare : c'est une artiste, qui à travers ses textes acidulés, arrive à interpeller l'auditeur. Elle est jeune, fraîche, pétillante dotée d'une plume à la fois sérieuse, légère, très humoristique qui déborde de petites anecdotes mordantes. De plus, elle se montre aussi à l'aise dans des styles musicaux aussi divers que l'anti folk ou la pop de chambre sans jamais perdre ce côté espiègle de fausse ingénue qui la caractérise.

Son premier album Fake Love (2010) est un recueil d'une dizaine de comptines au charme irrésistible. C'est simple, vous savez quand vous débutez la lecture de cet opus mais vous ne saurez pas quand vous pourrez vous arrêter. Sa musique est un véritable petit rayon de soleil salutaire qui vous accompagnera le long des journées assez moroses qui s'annoncent cet automne prochain.  Tippy Toe est l'introduction idéale pour accéder au monde décalé et enchanteur de la jeune artiste. Son charme suranné et faussement candide est une merveille sucrée. L'artiste relève le tempo avec le virevoltant et tourbillonnant Eclipse. Un morceau romantique très attachant. Changement total de registre avec le théâtral Kindly Remove qui semble avoir été créé pour figurer au coeur d'un spectacle féerique de Brodway. Magnifique.

L'ensoleillement est de rigueur sur la jolie ballade douce amère Summer tandis que F Train met plus que jamais en avant le côté éffronté et irrésistible de Debbie Miller. Un morceau pop brillant. I Rise indique avec la superbe ballade Eclipse, que l'artiste sait montrer sa vulnérabilité en mettant ses sentiments amoureux à nu. It's A Lie est le premier morceau réellement sobre et mélancolique. Une piste piano-voix à faire fondre plus d'un coeur. Lite Brite renoue avec plus de légèreté et de ludisme. Made You va à contre-courant de cet opus au contenant assez "second degré". Ce superbe titre à l'instrumental envoûtant qui traite de la violence domestique est à prendre au premier degré. Grave et très réaliste. L'album officiel s'achève sur le délicat et nostalgique Did You Ever Wonder. De quoi terminer sur une note rêveuse... enfin c'est encore mal connaître l'humour et le grain de folie qui animent la musique de Debbie Miller, l'artiste décide, en effet, d'achever son album sur l'acoustique et funny Carrots & Peas or Ode to Mr. Webb.

Une album à l'apparence légère mais dont l'humour assez corrosif démontre le vrai caractère de sa créatrice. Fake Love sonne tout sauf faux, son authenticité et sa spontanéité offrent une jolie bulle d'air frais qui s'avère indispensable dans l'optique se remonter le moral en ces temps de crise aussi bien financière que morale.

Note Finale : 16/20

On en parle également chez Daniel de LSF

Site Officiel

MySpace

Facebook

Où Trouver ce bijou  ?

Cdbaby

Amie Street, Amazon.com

Fake



1 commentaires:

pushkakid a dit…

J'ai sur-adoré Kindly Remove, le reste est très bien écrit, travaillé et habilement mis en musique, très new yorkais indépendant au féminin;

LinkWithin

Related Posts with Thumbnails